Category Archives: Asie

Chomolungma (Everest) !

Chomolungma (Everest) !

Chomolungma 27° 59′ 18″ Nord, 86° 55′ 31″ Est

Planète Découverte vous présente le toit du monde depuis « la route de l’Amitié » entre Lhassa et Katmandou !

Mont Everest vu du Camp de base côté tibétain (photo Claude Rival)..

Mont Everest vu du Camp de base côté tibétain (photo Claude Rival).

Le « toit du monde » est une expression qui désigne le mont Everest, mais aussi la chaîne Himalayenne, le Tibet, le Bhoutan et le nord du Népal…

L’Everest est né, il y a environ 60 millions d’années de la mer de Téthys, suite à la rencontre de la plaque indienne et de la plaque eurasienne. Encore de nos jours la plaque indienne plus petite et plus légère continue de s’introduire sous la plaque eurasienne de trois centimètres par an, ce qui fait grandir l’Everest et la chaîne himalayenne de quelques millimètres par an !

Sir George Everest

Sir George Everest

Le mont Everest se nomme en tibétain Chomolungma ཇོ་མོ་གླང་མ « déesse-mère », en sanskrit Devgiri « la montagne sainte », en népalais Sagarmāthā सगरमाथा « tête du ciel », en chinois Shèngmǔ Fēng 聖母峰 « déesse de l’univers », et d’abord appelé par les Occidentaux « Pic XV » (moins poétique !). Il fûtbaptisé « Everest » par les Britanniques qu’en 1865 en l’honneur de Sir Georges Everest, géographe et arpenteur général des Indes orientales, dont les méthodes de calcul ont permis d’établir sa hauteur.

Il se situe au cœur de la chaîne de l’Himalaya, actuellement entre le Népal et le Tibet, donc en Chine (région autonome du Tibet). Son altitude est établie à 8 848 mètres et il est identifié comme le plus haut sommet du monde depuis le niveau de la mer !

L’Everest restera pendant longtemps pour les Occidentaux une « terra incognita », un endroit inexploré et inobservé. Il faut dire qu’étant une montagne sacrée pour les peuples de l’Himalaya, les gouvernements du Tibet et du Népal en interdisaient l’accès. Ce n’est qu’en 1847 qu’un Européen va braver l’interdit, s’approcher de l’Everest et l’apercevoir pour la première fois. Il faut attendre 1903 pour que le colonel Younghusband de l’armée britannique (alors qu’il est en route pour envahir le Tibet) en ramène des photos depuis le versant nord.

Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale que l’idée de gravir le sommet de la plus haute montagne au monde vint à l’esprit des Occidentaux (ni les Tibétains ni les Indiens n’avaient eu une idée aussi saugrenue !).

George Mallory & Andrew Irvine

George Mallory & Andrew Irvine

La première véritable expédition fut une cordée britannique dirigée par Charles Howard-Bury en 1921. Elle se solda par un échec ! Trois années plus tard, un certain Georges Mallory, qui faisait déjà partie de l’expédition de 1921, tentera une nouvelle ascension. Son nom restera associé à un des plus grands mystères de l’Histoire de l’alpinisme ! Georges Mallory associé à Andrew Irvine trouvèrent la mort le 8 juin 1924 lors de cette ascension de l’Everest à quelques encablures du sommet. Mais la question est : sont-ils morts en montant où en redescendant du sommet mythique, ont-ils atteint le sommet avant de périr ? Sont-ils les premiers sur l’Everest !? L’hypothèse retenue actuellement est qu’ils seraient morts lors de la montée et n’auraient donc pas atteint le sommet. Un piolet, qui est apriori serait celui d’Irvine, a été retrouvé au premier ressaut, ce qui accrédite la théorie de l’échec. Il y a quelques années le corps gelé de Mallory fut retrouvé, mais malheureusement sans son appareil photo qui aurait pu apporter des preuves du succès.

Après la Seconde Guerre mondiale et l’invasion du Tibet (ou libération selon certains !!!) en 1951 par la Chine, le Tibet se ferme (ainsi que la voie du Nord-Est de l’accès à Everest). Il faudra alors faire les futures tentatives au départ du Népal (qui s’ouvre aux alpinistes !) à partir de la voie Sud-Est (réputée moins difficile !).

Edmund Hillary & Tenzing Norgay

Edmund Hillary & Tenzing Norgay

Après une tentative suisse en 1952 qui faillit réussir, c’est finalement le 29 mai 1953 que deux hommes, le Néo-Zélandais Edmund Hillary accompagné du Sherpa Tenzing Norgay atteignent le toit du monde par « la voie népalaise de la combe ouest et du col sud », entrant ainsi dans la légende de l’alpinisme. Cette expédition victorieuse est dirigée par le Britannique John Hunt qui est accompagné de treize alpinistes anglais et neuf néo-zélandais (dont Edmund Hillary) et des dizaines de sherpas (dont Tensing Norgay). Le 22 avril, l’expédition atteint le camp VI qui est installé vers 7 000 mètres d’altitude au pied du col du Lhoste. Le 26 mai, la première tentative d’atteindre le sommet est réalisée par Evans et Bourdillon, mais ils sont contraints de faire demi-tour après avoir atteint le sommet Sud situé à 8 751 mètres d’altitude. Finalement, le 29 mai, une seconde tentative permet à Edmund Hillary et Tensing Norgay de poser le pied au sommet. Partis du camp IX (monté par des sherpas quelques jours plus tôt) à 6 h 30, ils franchissent le sommet Sud à 9h et atteignent leur objectif à 11h ! Depuis « le pic pyramidal », ils prennent plusieurs photographies et ensevelissent quelques sucreries ainsi qu’une petite croix. Après une polémique ridicule pour savoir qui des deux hommes est arrivé le premier, Norgay admettra finalement deux années plus tard que Hillary l’a devancé au sommet. De retour au col Sud, ils sont accueillis par George Lowe à qui Hillary s’écrie alors : « Well, George, we knocked the bastard off! (Et bien, George, on se l’est fait le salaud !) ». Puis des années plus tard lors d’un entretien accordé à un journaliste du New York Times qui lui demandait pourquoi il voulait tant gravir l’Everest, Edmund Hillary avait répondu par cette phrase devenue célèbre : « Because it’s there (parce qu’il est là) » !

Des exploits en tout genre vont se succéder sur le toit du monde… Mais en 1996, une série d’accidents mortels viennent rappeler l’extrême danger de la haute montagne. Cette terrible mésaventure fut rapportée avec précision dans « Tragédie à l’Everest » un livre autobiographique écrit par le journaliste et alpiniste Jon Krakauer.

« Tragédie à l’Everest » de Jon Krakaeur

Depuis 1921, plus de 15 000 alpinistes ont tenté des expéditions sur l’Everest, dont un peu plus de 6 000 Sherpas. Près de 5800 personnes dont près 300 femmes sont parvenues au sommet depuis l’exploit d’Hillary et Norgay. Seuls 142 alpinistes sont parvenus au sommet sans assistance respiratoire. Mais il y a eu plus de 235 victimes sur l’Everest, dont une bonne centaine de Sherpas. Le succès des « summiters » doit une grande part aux Sherpas, dont le rôle en haute altitude reste irremplaçable.

La voie de l'Everest !

La voie de l’Everest !

Il faut (si tout se passe bien !) environ 7 jours pour aller du camp de base côté népalais jusqu’au sommet, et environ 5 jours pour redescendre au camp de base. Mais il faut environ 40 jours en tout depuis l’arrivée à Katmandou, pour habituer le corps à la haute altitude… Le prix minimum pour l’ascension est d’environ 30 000 USD si vous le faites seul. Une expédition guidée coûte environ 60 000 USD. Le service d’expédition VIP, qui comprend un accès permanent à Internet et au téléphone, s’élève à pas moins de 90 000 USD, certains paient jusqu’à 200 000 USD !

Le camp de base IV du mont Everest, devenu décharge et cimetière à ciel ouvert. | © Doma SHERPA / AFP.

Le camp de base IV du mont Everest, devenu décharge et cimetière à ciel ouvert. | © Doma SHERPA / AFP.

Et, malgré les dangers et les coûts, le tourisme de masse s’accentue, fragilisant le milieu naturel. La popularité de l’ascension et l’empreinte écologique des alpinistes restent préoccupantes. Cordée après cordée, les détritus s’accumulent sur l’Everest. Des efforts ont pourtant été faits. Depuis cinq ans, le Népal requiert une caution de 4 000 dollars par expédition, qui est remboursée si chaque alpiniste redescend au moins huit kilos de déchets. Côté tibétain, moins fréquenté, les autorités requièrent la même quantité et infligent une amende de 100 dollars par kilogramme manquant.

Le gouvernement népalais a créé le parc national de Sagarmatha en 1976 et la réserve naturelle du Qomolanga en 1988. Il a récemment instauré des mesures pour préserver l’Everest, mais les opérations de nettoyage sont encore souvent financées par des fonds privés ou effectuées par des bénévoles. Selon une estimation de l’Everest Summiters Association, il resterait encore environ 30 tonnes de déchets sur la montagne!

 

Junko Tabei

Junko Tabei

Quelques records et autres exploits !!! En 1975, la Japonaise Junko Tabei est la première femme au sommet. La plus jeune personne au sommet est un Américain de 13 ans, Jordan Romero, qui fit l’ascension en 2010 avec son père suivi d’une Népalaise Ming Kipa âgée de 15 ans. En 2008, le plus vieux à atteindre le toit du monde est le Japonais Yuichiro Miura à l’âge de 76 ans, malgré deux opérations du cœur, il renouvelle son record 5 ans plus tard, en atteignant le sommet à l’âge de 80 ans ! Tamae Watanabe devient, en mai 2002, la femme la plus âgée à gravir l’Everest, à l’âge de 63 ans. Dix ans plus tard, elle bat à nouveau ce record en gravissant l’Everest à l’âge de 73 ans. Le 20 août 1980, l’italien Reinhold Messner est le premier à atteindre le sommet en solitaire et sans assistance respiratoire ni autre appui supplémentaire…

 

Encore d’autres exploits ! Le sommet fut survolé en avion pour la première fois en 1933 par Douglas-Hamilton, en 1991 une montgolfière survole le sommet, en 2004 un Britannique Richard Meredith-Hardy accomplit le premier survol de l’Everest en ULM, le 14 mai 2014 un hélicoptère atterrit pour la première fois au sommet piloté par Klaus Ohlmann…

Bref l’Everest est un des endroits de notre planète qui nourrit le plus les fantasmes !                                                        La plus belle citation sur l’Everest revient probablement à l’alpiniste autrichien Kurt Diemberger : « Il ne faudrait jamais se rendre sur l’Everest sans avoir réfléchi, sans avoir essayé de le connaitre, de lui parler en silence en se tenant face à lui. Parce que ce n’est pas seulement la plus haute montagne de la terre… ».

Everest et drapeau de prière tibétains (loungta).

Everest et drapeau de prière tibétains (loungta).

 

Planète Découverte vous propose un voyage dans les immensités de l’Himalaya entre le Tibet et le Népal sur « la route de l’Amitié » entre Lhassa et Katmandou. C’est toujours un spectacle fantastique que d’apercevoir le mythique mont Everest depuis une route tibétaine, non loin du camp de base côté tibétain ! Alors, suivez-nous pour tenter d’apercevoir l’Everest, pour voir et vivre bien d’autres merveilles himalayennes !

Pierre

 

UNESCO : En 2019, l’alpinisme a été inscrit sur « la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » !

 

 

Immersion au Koyasan !

Immersion au Koyasan !

Koyasan:  34° 13’ 23’’ Nord, 135° 36’ 21’’ Est.

 

Chemin dans l'Okuno-in !

Chemin dans l’Okuno-in !

Une excursion au mont Koya est un temps fort de tout voyage au Japon. Découvrir ses temples qui figurent parmi les plus sacrés de l’archipel nippon, vivre l’expérience d’une nuit dans un monastère bouddhiste et s’immerger dans les traditions séculaires de cette montagne sacrée s’avèrent une expérience inoubliable.

Temple Rokkaku Kyuzo

Temple Rokkaku Kyuzo

Le mont Koya se trouve sur l’île d’Honshu, dans la péninsule de Kii, à environ 80 kms au sud d’Osaka ou à 400 kms de Tokyo. Situé au cœur du parc national de Kōya-Ryūjin dans une zone naturelle protégée par le gouvernement japonais, il se dissimule noyé dans la brume sur un plateau couvert d’une épaisse forêt de cèdres, d’érables et de cyprès.

Le mont Koya est entouré de 8 sommets dont la hauteur est comprise entre 900 et plus de 1 000 m d’altitude, ces 8 montagnes formeraient selon la légende une fleur de lotus dont le mont Koya serait le centre ! Le chiffre 8 est synonyme de bon augure et le lotus est la fleur sacrée dans l’Hindouisme et le Bouddhisme.

Moines de l'école Shingon !

Moines de l’école Shingon !

Mais si le Koyasan (car il a le droit au suffixe honorifique de « san » comme le mont Fuji) est célèbre au Japon c’est grâce à son ensemble monastique, ses temples et son pèlerinage bouddhiste. C’est le premier lieu sacré de l’école du Bouddhisme ésotérique Shingon. L’école Shingon est un des courants majeurs du bouddhisme japonais et l’une des plus anciennes lignées du bouddhisme tantrique, elle possède aujourd’hui environ 12 millions de fidèles.

 

Funiculaire pour le mont Koya !

Funiculaire pour le mont Koya !

Une excursion au mont Koya se mérite ! Il faut depuis les gares de Kyoto, Nara ou Osaka emprunter un ou deux trains qui sont loin d’être aussi rapide que le Shinkansen puis un funiculaire qui gravit la montagne sacrée et enfin un bus qui nous mène à travers la forêt aux portes du sanctuaire !

Rapidement le charme du lieu opère, même si l’arrivée dans un village avec poste, banque et quelques commerces peut surprendre, l’omniprésence des monastères (il y en aurait 117 !), des temples et de la nature qui l’entoure nous transporte dans une atmosphère fascinante et fort particulière.

Kannon !

Kannon !

La découverte du site débute par l’installation des voyageurs et pèlerins au monastère. Après avoir pris une tasse de thé accompagné d’un petit gâteau sucré aux haricots rouges, un moine nous montre nos chambres, l’endroit où se trouvent les bains, le temple pour la cérémonie du matin et nous précise l’heure du dîner (souvent 17h30 parfois 18h ! c’est tôt, mais les soirées sont calmes au mont Koya !).

Puis, une fois l’ambiance installée, on part à la découverte du site… plusieurs endroits sont incontournables au mont Koya.

Statue de Kukaï dit Kobo Daishi

Statue de Kukaï dit Kobo Daishi

Commençons par une visite du temple Kongôbu-ji, siège historique de l’école Shingon qui possède en plus d’un superbe jardin Zen (Banryû-tei) des peintures anciennes magnifiques dont quatre d’entre elles décrivent le voyage initiatique et la fondation du Koyasan par Kukaï. En effet, en l’an 804, le jeune Kukaï s’embarque pour la Chine et la capitale de la dynastie Tang, Changan (l’actuelle Xi’an). Il y restera 2 années pour étudier le Bouddhisme ésotérique auprès des plus grands maîtres de l’époque. De retour au Japon, il édifie en 816 un monastère au mont Koya consacré à la méditation et fonde l’école Bouddhiste Shingon. Une école qui prône le renoncement à l’égo et l’acceptation du monde tel qu’il est. À sa mort en 835, il reçoit le nom de Kôbô Daishi (grand maître de diffusion de la loi). Kukaï demeure encore aujourd’hui une des figures religieuses majeures du Japon.

Jizos protecteurs des enfants

Jizos protecteurs des enfants

Mais le temps fort au mont Koya, c’est certainement une promenade dans l’incontournable et émouvant cimetière Okuno-in à l’atmosphère envoutante qui justifie à lui seul un voyage au Japon ! Ce site qui peut se visiter de nuit comme de jour (il faut assurément faire les deux !) est empreint de mystère et de sérénité. Un chemin d’environ 2 Kms traverse une immense nécropole jusqu’au temple des Lanternes et au mausolée de Kobô Daishi où, selon la légende, il serait toujours présent en méditation pour l’éternité dans le but d’aider toutes les créatures à accéder au Nirvana. On avance ainsi entourée dans une forêt de cèdres cryptomerias gigantesques et d’azalées sauvages, au milieu les 200 000 tombes, stupas et statues couverts de mousses. Les sépultures renferment les cendres d’anonymes comme de personnages historiques célèbres (7 Empereurs, shoguns, samouraïs, lettrés…), ainsi que des stèles dédiées aux morts de batailles liées à la Seconde Guerre mondiale (des deux camps) ainsi que des stèles aux noms de grandes entreprises modernes japonaises (Panasonic, Toshiba…). Tous Japonais désirent laisser une trace de sa personne ici, une mèche de cheveux peut suffire…

 

Pagode/stupa Kompon Daito

Pagode/stupa Kompon Daito

Dans l’enceinte sacrée (Garan) se trouvent d’autres temples magnifiques, comme la pagode/stupa Kompon Daito, à la surprenante couleur vermillon, avec à l’intérieur la statue du Bouddha Amida entouré de Boddhisattvas ; l’harmonieux petit temple Fudô-dô qui date du XIIe siècle ; l’authentique pagode Saïto en bois brut entourée de cèdres…

 

Cuisine Shôjin-ryôri

Cuisine Shôjin-ryôri

Au mont Koya, il faut aussi goûter la gastronomie locale ! Depuis le XIIe siècle, cette cuisine végétarienne très élaborée s’est développée, devenant un art culinaire adapté à la méditation des moines. Elle porte un nom : Shôjin-ryôri. On se rend vers 17h30 (parfois 18h en insistant !) pour prendre le diner dans une belle salle décorée de fresques. Sur des tatamis sont disposées de petites tables élégantes où l’on a arrangé de petits plateaux laqués avec de multiples bols qui rivalisent d’esthétique et d’harmonie. Cette cuisine se compose de champignons, d’herbes et de plantes sauvages locales, de légumes de saison en tempura ou grillés, de soupe miso, de tofu de sésame, de riz… (l’oignon et l’ail sont interdits, car néfastes à la méditation !). Le tout accompagné de thé vert, saké ou de bière !

Chambre d'un monastère du mont Koya !

Chambre d’un monastère du mont Koya !

Puis, après un délassant bain japonais et une balade nocturne, on retrouve sa magnifique chambre où nous attend le futon et sa couette. À l’aube, vers 6h30, c’est l’occasion de se rendre dans le petit temple du monastère pour participer à la prière du matin, au son du tambour taiko et les récitations des sutras.

 

Puis il faudra, ressourcer, quitter le mont Koya et regagner l’agitation des villes, le contraste est fascinant…

Monastère du mont Koya

Monastère du mont Koya

Planète Découverte vous amène au mont Koya pour vivre pleinement cette expérience mémorable.

Pierre

« Le Bonheur n’est pas au bout du Chemin, Le Bonheur est le Chemin » Proverbe zen.

Sur les traces de Gengis Khan.

Sur les traces de Gengis Khan.

Sur les traces de Gengis Khan.                                                                                  

Gengis Khan

Gengis Khan

Planète Découverte vous propose des voyages en Asie centrale dans les steppes de Mongolie au départ de Pékin jusqu’au mythique Lac Baïkal ou de Bichkek au Kirghizistan jusqu’à la Grande Muraille, sur la Route de la Soie

Aller à la découverte de l’Asie centrale et de ses paysages grandioses, c’est aussi aller à la rencontre de ses peuples toujours imprégnés de l’esprit nomade. Des peuples qui se revendiquent encore de la descendance du légendaire Gengis Khan !

Sur la karakoram highway !

Sur la karakoram highway !

L’histoire de Gengis Khan (ᠴᠢᠩᠭᠢᠰ ᠬᠠᠭᠠᠨ, littéralement « souverain universel ») est celle d’un nomade devenu empereur qui réussit à unifier les peuples de l’immense steppe mongole.

Il naquit dans la vallée de l’Onon au Nord de la Mongolie actuelle en 1162 (selon les sources mongoles) et mourut en 1227 en Chine pendant qu’il livrait bataille aux Tangut (un peuple d’origine tibétaine). À sa mort, son empire s’étend de la Mongolie à une grande partie de la Chine et de l’Asie Centrale. Ses successeurs continueront d’agrandir son empire des rives du Japon au Danube afin d’en faire le plus vaste empire de tous les temps.

Sa vie telle qu’on la connait aujourd’hui et un mélange de réalités et de légendes !

Le loup bleu de Yasuhi Inoue.

Le loup bleu de Yasuhi Inoue.

Selon « l’Histoire secrète des Mongols » (la première œuvre littéraire de la culture mongole), on lui attribue des ancêtres mythiques : Gengis Khan serait le descendant d’un loup bleu et d’une biche fauve.

Sur son enfance et sa vie avant qu’il devienne un personnage historique, on ne connait que peu de choses. On sait cependant qu’il est né dans une tribu de nomades non loin de l’actuelle capitale de la Mongolie Oulan-Bator. Il est issu d’une famille noble, son père Yesügei était le chef du clan des Qiyat de la tribu Bordjigin, sa mère Hö’elün, issue de la tribu Merkit. Il reçoit à sa naissance le nom de Temüjin, « le plus fin acier ». Il serait né en tenant un caillot de sang dans son poing ce qui, dans la tradition mongole, indique que l’enfant est destiné à devenir un grand guerrier ! À l’âge de neuf ans, il est fiancé à Börte, du puissant clan des Onggirats. Suivant la coutume, il part vivre avec sa belle-famille afin de gagner par son travail le prix de sa fiancée ! Il est encore enfant quand son père est empoissonné, il doit alors s’enfuir pour ne pas être capturé par les meurtriers de son père. Il va vivre caché et misérable jusqu’en 1181, année où il épouse sa promise ; ce qui lui permet de retrouver un statut social et le soutien du clan de sa belle-famille.

Yourtes !?

Yourtes !?

Comme le dit sa légende, il est un puissant guerrier, mais également un habile politicien, deux qualités qui vont lui permettre de réaliser son grand projet d’unification des tribus mongoles. À cette époque, les 40 tribus mongoles sont déchirées par des guerres internes et divisées face à leurs rivaux, Turcs et Tatars. Grâce à ses alliances, il va se faire nommer Khan « celui qui commande » par une assemblée politique et militaire de notables Mongols appelée Güriltaï. Fort de ce titre il va entreprendre une série de guerres et de conquêtes.

Grande Muraille de Chine !

Grande Muraille de Chine !

En 1202, celui qui s’appelle encore Temüjin est vainqueur des Tatars, ce qui lui permet de dominer la Mongolie. Et, en 1206, le Güriltaï le proclame « Empereur », en mongol Tchingis Khagan « Souverain océanique » ou « Souverain universel ». C’est à partir de cette date que Temüjin acquiert le titre de « Gengis Khan » !

Entre 1203 et 1215, Gengis Khan lance des campagnes victorieuses en Chine contre la dynastie Xia et la dynastie Jin. Il envahit la Mandchourie, mais reste bloqué deux années près de la Grande Muraille avant d’en sortir victorieux. Il prend Pékin en 1215, mais refuse mystérieusement d’entrer personnellement dans la ville !

Yourtes au Kirghizistan

Yourtes au Kirghizistan

Ces campagnes aboutissent à un accord de paix par lequel l’empereur vaincu se soumet aux Mongols et promet d’associer ses troupes à celles de Gengis Khan. Dans le même temps, diverses tribus se rallient à Gengis Khan comme les Ouïghours, dont l’alphabet inspirera celui des Mongols (alphabet encore en usage actuellement).

Samarcande !

Samarcande !

Entre 1218 et 1221, l’empire mongol s’étend vers l’ouest de l’Asie Centrale jusqu’aux rives de l’Indus. Les hordes mongoles envahissent le royaume de Khwarezm, la Sogdiane et les villes historiques de Samarcande et Boukhara (actuellement Ouzbékistan, Tadjikistan et l’Afghanistan) puis l’Iran, où ils occupent les villes d’Ispahan et de Bagdad. C’est depuis l’Iran que Gengis Khan doit rentrer en Chine pour mater la révolte des Xia et des Jin, qui s’allient au peuple Tangut contre lui. Il va les vaincre et étendre son empire jusqu’au fleuve Jaune.

Gengis Khan meurt en 1227, les causes exactes de sa mort restent mystérieuses. Plusieurs hypothèses sont avancées, comme une banale chute de cheval lors d’une partie de chasse qui aurait terrassé le grand conquérant ou une blessure mortelle infligée par la veuve du souverain des Tanguts qu’il aurait forcé à devenir sa concubine !?

Karakorum !

Karakorum !

Son corps est ramené en Mongolie. Afin que le lieu de sa dernière demeure reste secret, son escorte tue tous témoins du cortège ; escorte qui est ensuite à son tour exterminée. Ce lieu n’a d’ailleurs pas été encore découvert même si les archéologues pensent qu’il est probablement enterré dans les montagnes de Burkhan Khaldun. Son mausolée situé à Ordos n’est en fait qu’un cénotaphe, comportant quelques objets lui ayant appartenu. Selon le choix de Gengis, ce sera son troisième fils Ögödei qui va lui succéder et continuer son « œuvre » !!!

Comme héritage, outre son empire, il laisse un recueil de lois mongoles appelées Yassa (un code politique, juridique et moral teinté de traditions ancestrales). Il est aussi à l’origine de l’écriture mongole et il établit des lois en faveur des femmes, comme l’interdiction d’enlever des femmes…

En Occident le nom de Gengis Khan est souvent synonyme de terreur et de cruauté. Quand on voyage en Mongolie, on s’aperçoit qu’il y a une incompréhension des Mongoles sur notre perception de sa brutalité. Ils pensent que les documents historiques écrits par des non-Mongols sont injustement trop sévères envers leur héros, qu’ils exagèrent sa barbarie et ses massacres en minimisant son rôle positif.

La perception de Gengis Khan varie beaucoup selon les peuples et les pays. Les différents peuples Turkmènes (Kazakhs, Kirghiz) revendiquent son héritage. Plus étonnant, à l’arrivée au pouvoir du Parti communiste, la Chine a fait de Gengis Khan un héros national, dans le but de justifier la sinisation des Mongols de la province de Mongolie extérieure !

Yourtes dans la steppe mongole!

Yourtes dans la steppe mongole!

En Mongolie, après le bannissement de son nom par le gouvernement communiste pro-soviétique qui craignait un regain de ferveur nationaliste, il est depuis les années 1990 redevenu le grand héros national. Il est à la fois le Père de la Nation, mais aussi le père des traditions (le mariage, l’écriture) et donc le protecteur et garant de l’identité Mongole. Les Mongols appellent souvent leur pays « la Mongolie de Gengis Khan », et Gengis Khan « le père des Mongols » ! Plusieurs lieux sont nommés en son honneur : de nombreuses rues, immeubles, parcs… le principal aéroport du pays à Oulan-Bator a été rebaptisé aéroport international Gengis Khan. Une immense statue le représentant a été érigée devant le parlement. On peut aussi voir son portrait sur des bouteilles de vodka ainsi que sur les billets de 500, 1 000, 5 000 et 10 000 tugriks.

Nous vous proposons d’aller vérifier tout cela sur place, de partir avec Planète Découverte sur les traces de Gengis Khan, de nous suivre en Mongolie, au Kirghizistan, en Chine.

Cavaliers Kirghizes !

Cavaliers Kirghizes !

Pour une découverte du fabuleux passé mongol de la Chine du Nord à la Sibérie orientale, de Pékin, l’ancienne Khanbalik dont Kubilai Khan (un des petits fils de Gengis Khan) fera sa capitale, à la légendaire cité de Karakorum fondée par Gengis Khan lui-même. Un voyage à travers les steppes mongoles et le désert de Gobi pour rejoindre la Taïga sibérienne qui entoure le fabuleux lac Baïkal.

Ou partir sur la route de la Soie pour effectuer un voyage fascinant du Kirghizistan (ou Kirghizstan) à la Chine ! Pour aller admirer des paysages à couper le souffle, rencontrer des groupes ethniques authentiques (Kirghizes, Ouigours, Tibétains, Huis…) découvrir de sites culturels aussi importants qu’impressionnants (Tash Rabat, les grottes bouddhiques de Mogao, l’armée enterrée à Xian, la Grande Muraille …).

 

Pierre

Sur les traces d’Alexandra David-Néel ! 

Sur les traces d’Alexandra David-Néel ! 

Sur les traces d’Alexandra David-Néel ! 

Alexandra David-Néel de retour de Lhassa !

Alexandra David-Néel de retour de Lhassa !

Le plus grand explorateur du XXème siècle est une femme !

Véritable figure emblématique du voyage au début du XXème siècle, Alexandra David-Néel est avant tout une femme libre qui fût à la fois journaliste, actrice, cantatrice, écrivaine, féministe, photographe, anarchiste, exploratrice, orientaliste, tibétologue, franc-maçonne et bouddhiste convaincue…

50 ans après sa mort en 1969 à l’âge de 101 ans, elle continue de fasciner les êtres épris de voyages, d’aventures et de liberté par son esprit anticonformiste, par sa farouche indépendance et sa modernité. Elle va marquer son époque où très peu de femmes pouvaient s’échapper seules pour l’Orient et, pour toutes les générations suivantes, elle reste un modèle.

Alexandra David-Néel sur la route du Tibet interdit !

Alexandra David-Néel sur la route du Tibet interdit !

Ses nombreux voyages vont la mener de Ceylan (actuel Sri Lanka) au Sikkim, en passant par le Japon, l’Inde, la Chine, la Corée, la Mongolie et le Tibet… Grâce à ses nombreux ouvrages (récits de voyage, ouvrages érudits sur le bouddhisme et même un roman policier !) elle va influencer et faire rêver plusieurs générations de femmes et d’hommes. Elle va également participer à faire connaître le Tibet et le bouddhisme lamaïste tibétain en Occident. Mais elle est principalement reconnue pour être la première femme occidentale à entrer à Lhassa en 1924, la mystérieuse cité interdite du Tibet !

Louise Eugénie Alexandrine Marie David surnommée Nini, plus connue sous le nom d’Alexandra David-Néel est née à Saint-Mandé près de Paris en 1868 d’un père français ex-instituteur protestant devenu journaliste républicain et d’une mère belge catholique très pieuse. Très tôt sa soif de vagabondage se manifeste, elle fait sa première fugue à 15 ans pour s’enfuir en Hollande et tente de se rendre en Angleterre. Deux ans plus tard, elle récidive cette fois en direction de la Suisse et de l’Italie, en franchissant à pied le col du Saint-Gothard (marche qui préfigure les longs périples à venir !?).

À partir de 1868, elle lutte pour la libération des femmes en collaborant au journal féministe autogéré « La Fronde ». Proche du géographe libertaire Elisée Reclus, elle développe progressivement des convictions anarchistes et rédige un essai intitulé « Pour la vie » si contestataire que personne ne veut le publier !

Elle fait une partie de ses études à Londres où, en quête de vérité, elle commence à s’intéresser aux philosophies orientales, elle y apprend le sanscrit et le tibétain. Lors d’un séjour à Paris, ce serait en visitant le musée Guimet que serait née sa vocation d’orientaliste ! A la société de théosophie de Paris, elle étudie l’Hindouisme, les Veda, le Bhagavad-Gitta (écrits fondamentaux de l’Hindouisme)…

Alexandra David-Néel à Tunis en cantatrice!

Alexandra David-Néel à Tunis en cantatrice!

En 1891 l’appel de l’Orient l’emporte, elle va entreprendre son premier grand voyage vers l’Asie, d’abord l’île de Ceylan, puis elle gagne les Indes, Maduraï,  Bénarès… avant de rentrer sans un sou en France !

De retour, elle s’adonne de nouveau à son autre passion qui est l’art lyrique ! Elle obtient un prix de chant et elle débute alors une carrière de cantatrice. Pendant plusieurs années, elle va grâce à ce talent acquérir une indépendance financière. Elle va triompher en chantant à l’opéra d’Hanoï, de Paris, d’Athènes…  Son parcours hors du commun la mène à l’opéra de Tunis où elle rencontre son futur époux, Philippe Néel, un dandy fortuné. Ils se marient en 1904, avec l’approbation du père d’Alexandra selon les règles de l’époque !

En 1911 (elle a 43 ans), elle ne peut se résigner à sa vie de femme mariée et annonce à son mari son départ en Inde pour 18 mois afin de poursuivre ses recherches sur le Bouddhisme. Elle ne reviendra que 14 ans plus tard ! Plutôt que de divorcer, il l’incite à ce qu’elle reprenne ses voyages et ne cessera de la soutenir financièrement. Tous deux entretiendront une correspondance jusqu’à la mort de son mari en 1941, avec plus de 3000 lettres échangées.

« Je suis une sauvage mon bien cher, mets-toi cela en tête. Toute la civilisation occidentale me dégoûte. Je n’aime que ma tente, mes chevaux et le désert ». Journal de voyage (t. 1) : Lettres à son mari.

Moines lamaïstes au Tibet !

Pendant ses années de recherche et de méditation au Sikkim dans l’Himalaya Indien à plus de 4000 mètres d’altitude, elle va suivre les enseignements au monastère de Lachen de son maitre Bouddhiste, le Gomchen. Elle y obtient le titre de « lampe de sagesse ».

En 1912, elle part faire un pèlerinage à Calcutta avec dans ses bagages de nombreuses photos et plusieurs carnets de notes qui lui serviront plus tard à écrire son œuvre, de là elle continue vers Bénarès et le Népal.

Alexandra David-Néel accompagnée d’Aphur Yongden !

Alexandra David-Néel accompagnée d’Aphur Yongden !

En 1914, de retour au Sikkim dans « la demeure de la grande paix », elle engage un boy âgé de 14 ans nommé Aphur Yongden. Ce jeune serviteur tibétain, qu’elle va rapidement considérer comme son fils (qu’elle finira d’ailleurs par adopter), ne la quittera plus jamais !

Pendant ce séjour dans l’Himalaya Indien, elle réussira même à obtenir une audience avec le 13ème Dalaï-Lama (le prédécesseur de l’actuel Dalaï-Lama) à Kalimpong (Inde), fait exceptionnel pour une Occidentale à cette époque.

Cérémonie au monastère de Ganden au Tibet!

Cérémonie au monastère de Ganden au Tibet!

Sa détermination d’aller vers le « Tibet interdit » et sa mythique capitale Lhassa s’intensifie. C’est depuis longtemps son rêve le plus cher ! Et en 1923 (âgée de 56 ans) bravant l’interdit, elle part à pied vers le toit du monde avec Yongden. Ne pouvant pas atteindre le Tibet directement par l’Inde, car l’administration britannique lui interdit, elle prend des chemins détournés. Elle passe par la Corée, la Mongolie puis la Chine. Elle débute son périple himalayen depuis la région du Yunnan (une province chinoise) jusqu’à Lhassa (qui n’est pas encore une province chinoise !?). Une marche épique, éprouvante et terriblement dangereuse où elle risque à chaque instant au mieux l’expulsion au pire leurs vies !? Son stratagème se fondre dans un groupe de pèlerins bouddhistes en se faisant passer pour une mendiante. Elle vécut ainsi cette rude expérience en évitant les villages, en couchant à la belle étoile et en mendiant sa nourriture comme les pèlerins les plus pauvres du pays.

Potala, palais d'hiver du Dalaï-Lama à Lhassa!

Potala, palais d’hiver du Dalaï-Lama à Lhassa!

« Pendant des jours, nous marchions dans la demi-obscurité d’épaisses forêts vierges, puis, soudain, une éclaircie nous dévoilait des paysages tels qu’on n’en voit qu’en rêve. Pics aigus pointant haut dans le ciel, torrents glacés, cascades géantes dont les eaux congelées accrochaient des draperies scintillantes aux arêtes des rochers, tout un monde fantastique, d’une blancheur aveuglante, surgissait au-dessus de la ligne sombre tracée par les sapins géants. Nous regardions cet extraordinaire spectacle, muets, extasiés, prêts à croire que nous avions atteint les limites du monde des humains et nous trouvions au seuil de celui des génies. »

 

Enfin en février 1924, Alexandra David-Néel accompagnée d’Aphur Yongden pénètrent à Lhassa en proclamant la phrase rituelle  («  Lha gyalo, Dé Tamtché pham !… Les dieux triomphent, les démons sont vaincus ! « )! Aujourd’hui encore les pèlerins chantent ces mots lorsqu’ils franchissent un col dans les montagnes himalayennes !

Alexandra David-Néel & Aphur Yongden devant le Potala !

Alexandra David-Néel & Aphur Yongden devant le Potala !

Une marche de quatre mois à travers de hautes montagnes himalayennes, un périple clandestin d’environ 2 000 km, un exploit fantastique qui la rendit célèbre dans le monde entier. Ils vont rester 2 mois à Lhassa où ils visitent  la ville sainte, le Potala et les grands monastères bouddhistes lamaïstes environnants : Drépung, Séra, Ganden, Samye… sans y être démasqués, se risquant même à se faire photographier devant le Potala, pour apporter la preuve de leur exploit.

« Je quittai Lhassa aussi paisiblement que j’y étais arrivée sans que personne se fût douté qu’une étrangère y avait vécu au grand jour pendant deux mois ».

Elle finit par retourner en Inde où elle embarque le 6 février 1925 pour l’Europe afin, entre autres, de faire publier ses récits.

Voyage d’une Parisienne à Lhassa » qui parait en 1927 .

Voyage d’une Parisienne à Lhassa » qui parait en 1927 .

De retour en France toujours accompagnée d’Aphur Yongden son fidèle compagnon d’aventures qui va devenir légalement son fils adoptif, elle publie son récit le plus célèbre « Voyage d’une Parisienne à Lhassa » qui parait en 1927 en France et aux États-Unis. C’est un grand succès d’édition qui lui vaut tout de suite une grande célébrité internationale.

Riche et célèbre, en 1928 elle s’installe dans une maison à Digne-les-Bains dans les Alpes de Haute-Provence qu’elle baptise « Samten-Dzongou » (forteresse de la méditation). Elle y écrit plusieurs livres relatant ses différents voyages, entretient son jardin…

Pendant une dizaine d’années, elle continue ses recherches, donne des conférences en France, en Europe et aux États-Unis. Mais la vie d’aventure et l’Asie lui manque et, en 1937 avec son fils, elle repart en Chine en empruntant le Transsibérien. La Seconde Guerre mondiale éclate, elle restera en Chine avec Yongden pendant 9 ans.

En 1946, ils rentrent de nouveau à Digne, son « Himalaya pour lilliputiens » comme elle l’appelle ! Elle continue à écrire beaucoup, elle travaille 16 heures par jour malgré son âge. Lorsque des visiteurs viennent lui demander des conseils, ses réponses sont toujours, parait-il, empreintes de sagesse et d’autorité. Yongden meurt en 1955 et Alexandra se retrouve seule.

Alexandra Davis-Néel dans sa maison à Digne-les-Bains.

Alexandra Davis-Néel dans sa maison à Digne-les-Bains.

À la fin de ses jours, elle fut accompagnée par Marie-Madeleine Peyronnet qu’elle surnomme « la Tortue » qui va s’occuper d’elle et de sa maison pendant une dizaine d’années. Elles ont même comme projet d’effectuer un tour du monde en 4CV ensemble ! Elle va jusqu’à renouveler son passeport à l’âge de 100 ans !

Elle décède peu de temps après, en septembre 1969, à presque 101 ans. Ses cendres et celles de Yongden voguent désormais dans le Gange.

Moines Gelugpa (dit bonnets jaunes).

Moines Gelugpa (dit bonnets jaunes).

Cette voyageuse intrépide à l’esprit libre et doué d’un réel talent d’écriture laisse une œuvre qui ne cesse d’être rééditée. Elle a su transmettre sa passion de l’Orient dont elle fit connaître les coutumes et les religions à de nombreuses générations.

Planète Découverte vous propose d’aller sur les traces d’Alexandra David-Néel en Chine au Tibet et au Népal, et même si le Tibet n’est plus celui d’Alexandra et quelle que soit sa situation géopolitique, le Tibet demeure le Tibet, un pays toujours fabuleux !

 

Pierre

 

A la découverte de la DMZ !

A la découverte de la DMZ !
zone coréenne démilitarisée ou DMZ

zone coréenne démilitarisée ou DMZ

Partir à la découverte de la zone coréenne démilitarisée (qui est paradoxalement la plus militarisée au monde !!!) entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, en abrégée DMZ (한반도 비무장 지대 en coréen) est à la fois une expérience insolite et une rencontre avec l’Histoire coréenne.

Récit d’une excursion hors du commun !

Observatoire Dora

Observatoire Dora

Nous partîmes donc de Séoul vers 7h30 en minibus en direction de la Corée du Nord ! Il faut environ 3/4 heure de route pour se rendre au village de P’anmunjŏm qui est situé à l’intérieur de la zone démilitarisée, à 56 km au Nord-Ouest de Séoul (à 140 km de Pyongyang). Pour se rendre dans ce secteur à accès restreint surveillé par la police militaire, il faut passer un check point, présenter son passeport, car la zone est ultra-sensible !

C’est ici que, suite à la guerre de Corée (25 Juin 1950 – 27 Juillet 1953), fut signé l’armistice dit de P’anmunjŏm le 23 juillet 1953. Après un accord entre la Corée du Nord, la Chine et les Nations Unies, fut décidé la création d’une zone tampon (DMZ) suivant approximativement le 38e parallèle Nord, avec pour conséquence de couper la péninsule coréenne en deux.

Cette zone forme une bande de terre qui est aujourd’hui un des derniers vestiges de la guerre froide, elle sépare deux pays frères officiellement toujours en guerre. Elle est surveillée par 700 000 soldats nord-coréens et 410 000 soldats sud-coréens aidés par la 2e division d’infanterie des États-Unis (avec qui la Corée du Sud a signé un pacte de sécurité). Il s’agit d’une zone minée, car il y aurait selon les estimations de l’ONU plus d’1 million de mines. Elle est également truffée de souterrains, de batteries de canons, de kilomètres de barbelés, d’antennes et de miradors.

Imjingak

Imjingak

Nous poursuivons la visite par le bâtiment de l’Imjingak qui est situé à 7km de la Ligne de Démarcation militaire.  Ce bâtiment construit en 1972 est un point de passage incontournable pour les visiteurs étrangers et sud-coréens qui s’intéressent pour différentes raisons à la situation entre les 2 pays ;  certains sont juste curieux ou amateurs d’Histoire, d’autres ont des parents ou amis de l’autre côté du mur végétal. Le bâtiment est entouré de monuments : un parc de la réunification, un centre dédié à la Corée du Nord avec photos et documents, et inévitablement des tanks et autres engins de guerre ayant servi lors de la guerre de Corée !

Nous continuons vers le Sud de la « Zone Commune de Sécurité » (JSA) pour explorer un tunnel « d’agression » (comme l’appellent les citoyens du Sud). Entre 1974 et 1990, les militaires sud-coréens découvrirent l’existence de quatre tunnels creusés sous la frontière par les Nord-coréens. Il pourrait y avoir jusqu’à une vingtaine de tunnels selon certains experts militaires ! Celui-ci, appelé le 3e, fut découvert en 1974 par l’armée sud-coréenne à partir de renseignements fournis par un transfuge Nord-coréen. Il semble avoir été creusé par le Nord en vue d’une attaque militaire. Il est assez étrange, voire quelque peu surréaliste, d’avancer dans ce tunnel sombre et étroit (il est assez large pour permettre le passage de deux personnes). Condamné peu avant la frontière nord-coréenne, il permet tout de même aux visiteurs de se retrouver sous la DMZ !

Coréens du Sud face à la Corée du Nord

Coréens du Sud face à la Corée du Nord

Après nous passons à la découverte en surface de la DMZ… Pour se faire, on se rend à la plateforme d’observation d’Eulji. Située très près de la « Ligne de Démarcation Militaire », elle surplombe cette « ligne » et permet d’apercevoir au loin la Corée du Nord, avec des maisons, une petite ville, le drapeau nord-coréen … et quand le ciel est dégagé il est même possible de voir le mont Birobong et les montagnes du diamant de Geumgangsan. Nous sommes là entourés de touristes venus de différents pays qui regardent vers le Nord et sont pour la plupart étonnés par le spectacle qui s’offre à eux, mais les plus émouvants sont les « touristes » Coréens du Sud qui viennent observer leurs « parentés » du Nord avec nostalgie et espoir!

Nous avons devant nous cet espace qui mesure 248 km de long et environ 4 km de large, couvert d’une épaisse forêt surveillée de part et d’autre de postes militaires, de miradors… Malgré les mines, ce no man’s land où la nature a repris ses droits est devenu un sanctuaire pour la conservation de plusieurs espèces animales ! Des associations de défense des animaux voudraient que cet espace soit inscrit comme zone protégée au patrimoine mondial de l’UNESCO ! Certains voudraient aussi introduire des tigres pour sauver l’espèce de l’extinction; la zone étant clôturée et surveillée par des militaires, les tigres ne pourraient pas sortir de la zone. D’autres pensent que des tigres sont déjà présents dans la zone, ainsi que des léopards de l’Amour (comme le fleuve russe !), de nombreuses panthères des neiges et autres espèces en voie d’extinction ! Les écologistes ont identifié quelque 2 900 espèces végétales, 70 types de mammifères et 320 espèces d’oiseaux. Des oiseaux migrateurs viennent même y séjourner en hiver (des milliers de hérons, de grues blanches…).

Entre les 2 Corée une vie animale !

Entre les 2 Corée une vie animale !

Mais les mines posent problème ! Les nombreux félins sont souvent tués par les mines, ainsi que d’autres animaux présents dans la DMZ comme des lapins, des cerfs ou des sangliers. Étonnamment les accidents diminuent ces dernières années, les spécialistes de la faune pensent que les animaux sont conscients des zones de danger, et qu’ils ont établi leurs propres zones de vie !

Joint Security Area

Joint Security Area

Si la faune et la flore ont repris leur droit, la circulation des humains dans la zone est extrêmement restreinte et rare. Plusieurs s’y étant aventurés y ont trouvé la mort. Le seul point officiel de passage existant est la « Joint Security Area » (JSA), placé sous contrôle de l’ONU. C’est à cet endroit précis que ce sont rencontrés le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en avril et mai 2018 et qu’ils ont publié une déclaration commune dans laquelle ils s’engageaient à améliorer leurs relations…

Gare de Dorasan

Gare de Dorasan

Nous poursuivons la visite vers la gare ferroviaire de Dorasan. Elle est située sur la ligne Gyeongui qui relie Séoul à Dorasan et peut-être un jour Pyongyang… Le 17 mai 2007, deux convois ferroviaires (l’un parti du Nord et l’autre du Sud) ont franchi pour la première fois depuis 56 ans la zone coréenne démilitarisée. Il existe actuellement un service de passagers qui permet de se rendre à Séoul deux fois par jour, elle est empruntée principalement dans un but touristique, mais sert aussi  pour le transport de matières premières en direction de la « zone industrielle spéciale de Kaesong » (du côté nord-coréen), et de produits finis (en direction de Séoul). L’aménagement de cette zone industrielle de Kaesŏng (Kaesong Industrial Region) dans la province de Hwanghae du Nord en 2002 est vu comme un signe d’ouverture. C’est un parc industriel intercoréen de 66 km2 situé en Corée du Nord, symbole d’une collaboration économique entre les deux Corée. C’est ainsi que 123 entreprises sud-coréennes emploient 50 000 Nord-Coréens et, chaque jour, 400 Sud-Coréens franchissent la frontière pour se rendre à leur travail.

Départ pour Pyongyang...

Départ pour Pyongyang…

Cette gare de Dorasan qui n’a actuellement qu’une fonction touristique a quelque chose d’émouvant, elle est porteuse d’espoir pour la réunification des Corée. Elle est là rutilante, quasiment vide, mais prête à l’emploi pour amener des passagers du Nord au Sud et du Sud au Nord, de Séoul à Pyonyang pour continuer vers la Chine, la Russie et se rattacher au Transsibérien à la Sibérie et à l’Europe ! Il est même possible là d’avoir un tampon, de discuter avec le douanier ou même d’admirer des œuvres intégrées dans la gare…

Tampons de la gare Dorasan !

Tampons de la gare Dorasan !

La  visite de cette Zone Démilitarisée (DMZ) suscite de la curiosité qui se mêle à une certaine appréhension d’une mise en scène qui aurait pu être trop artificielle pour satisfaire les touristes. Mais il faut vite convenir que cette excursion très instructive est des plus émouvantes surtout avec la présence de ces visiteurs coréens. C’est le lieu de tous les paradoxes où se mélange un côté touristique avec ses ventes de tee-shirt et autres souvenirs divers, à une présence militaire des plus importantes au monde, c’est à la fois un symbole de guerre fratricide et d’espoir de paix !

Planète Découverte vous emmène dans ce lieu incontournable de la Corée.

Pierre

Planète Découverte en quête du Fuji San !

Planète Découverte en quête du Fuji San !
Mont Fuji vu du Shinkansen

Mont Fuji vu du Shinkansen

Planète Découverte en quête du Fuji San !

La vague de Kanagawa, Hokusaï

La vague de Kanagawa, Hokusaï

Le Mont Fuji (富士山) symbole du Japon, panorama exceptionnel que tous voyageurs, touristes ou pèlerins, rêvent de voir un jour ! Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2013, il est un « lieu sacré source d’inspiration artistique ».

Fuji San

Fuji San

Géographiquement : il se trouve au centre du Japon, sur la côte sud de l’île de Honshū, au sud-ouest de Tokyo (d’où il est visible les jours de beau temps) à une distance d’environ 120 kms. Né de l’activité volcanique il y a plus de 600 000 ans, il est le point culminant du Japon. Il s’élève à  3 776 mètres d’altitude et son cône quasi symétrique est de trente kilomètres à sa base. Assoupi plutôt qu’éteint, il s’impose majestueusement autour de la région des cinq lacs « Fujigoko » (lacs Motosu, Shoji, Sai, Kawaguchi et Yamanaka) qui sont autant d’endroits privilégiés pour l’admirer (par temps clair !!!).

Mont Fuji depuis Kawaguchiko en été.

Nominalement : Les Japonais l’appellent Fujisan (le préfixe San s’utilise pour une personne que l’on respecte, les Japonais personnifient les montagnes et les volcans). Les Occidentaux l’appellent parfois Fuji-Yama, une prononciation qui n’est pas utilisée au Japon, ce serait dû à une erreur de transcription du kanji 山 (caractères japonais). Dire « mont Fujiyama » est un pléonasme, car « yama » signifie déjà montagne ! En fait, il existe plus d’une trentaine d’autres noms japonais pour le Fujisan, ce qui témoigne de l’importance de ce volcan pour les Japonais, certains oubliés avec le temps, d’autres purement poétiques, voire religieux. En voici quelques-uns : « Fuji-no-Takane » (ふじの高嶺) le haut pic du Fuji, Fuyō-hō (芙蓉峰) le pic du Lotus, Fugaku (富岳) montagne Fuji…

Hokusai, Trente-Six Vues du Mont Fuji

Hokusai, Trente-Six Vues du Mont Fuji

Les deux kanji  pour le mont Fuji sont 富 et 士, ils signifient respectivement « abondance » et « homme puissant » ! L’origine du nom Fuji n’est pas certaine, selon certains le nom provient du mot Aïnou (les aborigènes japonais) « feu » (fuchi) et de la déesse Kami Fuchi « la femme étincelle qui fait jaillir le feu », pour d’autres le nom proviendrait de 不二 , signifiant « sans égal », d’autres affirment qu’il provient de 不尽 signifiant « sans fin », ou que le nom est dérivé d’un mot ayant pour signification « une montagne s’élevant avec la forme de l’épi d’un plant de riz »…

Hiroshige !

Hiroshige !

 

Scientifiquement : Le Fuji est un stratovolcan ou volcan composite (un volcan dont la structure est constituée de l’accumulation de coulées de lave, de fragments de roches solides, de cendres… comme les volcans d’Auvergne !). Il est situé sur la ceinture de feu du Pacifique, à la jonction des plaques tectoniques Pacifique, Eurasienne et Philippine. Toujours considérée comme actif, sa dernière éruption remonte à l’année 1707 (époque Edo) ; cette éruption est connue sous le nom de « grande éruption de Hōei ». Entre 781 et 1707, il y eut une quinzaine d’éruptions. Actuellement le risque éruptif est considéré comme faible.

Mont Fuji depuis Kawaguchiko en été.

Au sommet du Mt Fuji !

Au sommet du Mt Fuji !

Sportivement : La première ascension connue du mont Fuji fut réalisée en 663 par le moine bouddhiste Enno Gyōja. Le premier non-Japonais à gravir le volcan est sir Rutherford Alcock en 1860. Longtemps interdit aux femmes (considérées comme impures pour ce lieu sacré), il faudra attendre 1832 pour que Takayama Tatsu, une jeune femme membre d’une secte adoratrice du mont Fuji, se joigne, vêtue d’une tenue d’homme, à un groupe de pèlerins et effectue la première ascension connue du volcan par une femme! Le gouvernement de l’empereur Meiji lèvera cette interdiction qu’en 1872, sous la pression des Japonaises, après que la femme d’un diplomate britannique y soit montée. De nos jours, chaque année entre 250 000 à 300 000 randonneurs gravissent cette montagne sacrée. Elle est une destination extrêmement populaire en particulier pour les Japonais, qu’ils soient shintoïstes, bouddhistes ou sportifs. Les différents sentiers d’ascension sont ouverts 24h/24 aux visiteurs, mais seulement pendant l’été (de juillet à début septembre). L’intérêt ultime étant d’admirer le lever ou le coucher du soleil depuis le sommet. Il faut savoir que gravir le Mont Fuji est loin d’être une promenade de santé, cela demande une bonne condition physique et une bonne préparation. Il est généralement conseillé de grimper de nuit et de redescendre au matin. Un bus depuis Tokyo dépose les randonneurs à la cinquième station (située à 2300 mètres d’altitude) qui est le lieu de départ de la randonnée pour la majorité des grimpeurs.

« Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou ».           Proverbe japonais.

 

Hokusai !

Hokusai !

Mystiquement : Nombreuses croyances, mythes et légendes sont associés au mont Fuji. Il est vénéré comme un « kami» (esprit) qui réunit à la fois les symboles du Feu, de la Terre et du Ciel ! Il est une entité divine à part entière, il possède une âme propre qui représente la paix et apporte la prospérité. Ainsi de nombreuses références mythologiques et religieuses lui sont rattachées. Par exemple le conte du « coupeur de bambou et de la princesse de la lune Kaguya » qui narre l’histoire d’un empereur qui aurait jeté dans le cratère du Mont Fuji un élixir d’immortalité ainsi qu’une lettre destinée à la princesse de la lune, renonçant ainsi à la vie éternelle (car son existence n’avait pas de sens sans la princesse Kaguya, sa bien-aimée). Une autre légende shintoïste fait du Fujisan le lieu de résidence de la princesse Sakuya qui symbolise l’éphémère comme le sont les fleurs de cerisier. L’éphémère s’oppose bien entendu à l’éternité de la montagne qui, pour le peuple japonais, a toujours été là et le sera toujours. La symbolique bouddhiste du Mont Fuji représente, par sa forme, un idéal à atteindre et l’harmonie parfaite.

 

Mont Fuji vu de Tokyo !

Mont Fuji vu de Tokyo !

Artistiquement : La beauté de ce volcan solitaire, souvent couronné de neige, s’élevant au-dessus de la plaine, de la mer et de lacs bordés d’arbres, a inspiré artistes et poètes.  Nombreux écrivains ont écrit sur et pour lui. Des artistes notamment les peintres l’ont pris comme modèle, il apparaît dans d’innombrables représentations picturales. La plus ancienne représentation retrouvée date du Xème siècle, c’est un dessin sur le papier d’une porte coulissante. Mais les œuvres les plus célèbres représentant le Fujisan sont celles réalisées par les peintres japonais du XIXe siècle notamment par le maître de l’estampe nipponne Katsushika Hokusai (1760-1849) avec ses trente-six vues du mont Fuji (Fugaku Sanjūrokkei, 1831), ainsi que celles d’Utagawa Hiroshige. Ces estampes ont eu une profonde influence sur l’art occidental de l’époque impressionniste.

 

Alors, même si vous ne gravissez pas la montagne sacrée, il faut tenter de l’apercevoir depuis le sommet d’une tour de Tokyo ou en passant en Shinkansen le long de ses pentes ou mieux encore s’y rendre depuis la région des 5 lacs si le ciel vous est favorable !

Suivez-nous au Pays du Soleil Levant pour admirer les nombreuses merveilles nippones.

Pierre

Saveurs venues d’Asie !

Saveurs venues d’Asie !

Saveurs venues d’Asie!

Quelle est le lien entre un lā miàn mangé dans le marché de nuit de Hézhèng Lù à Lanzhsou, un Thukpa dégusté au Tashi de Lhassa, un ramen englouti dans un Yataï de Hakata, un tsuivan dévoré dans un guanz à Oulan Bator, un Jajangmyeon savouré dans un Sikdang de Séoul, un mie goreng ingurgité dans un warung de Java  ou encore un pho avalé dans Cam Chi à Hanoï?

Les nouilles bien sûr !

 

Les nouilles sont très présentes dans toutes les cuisines d’Asie. Le plus souvent elles sont fabriquées avec de la farine de blé dur ou tendre, de riz, de riz glutineux, mais également de soja vert (haricot mungo) ou même de patate douce.yunnan

 

Mais d’où viennent les nouilles, et qui les a inventées ?

En 2005, des scientifiques de l’Académie des sciences de Pékin ont découvert sur les rives du Huang He appelé aussi fleuve Jaune (nord-ouest de la Chine) les plus anciennes nouilles du monde ! Selon la datation au carbone 14, elles seraient anciennes de plus de 4 000 ans. Elles sont faites à base de deux types de millet. Cette découverte a ravivé le vieux débat sur l’origine des nouilles revendiquée par les Italiens, les Arabes et les Chinois ?! Le professeur chinois Lu Houyuan semble avoir la réponse, il a déclaré à la BBC :  » Lajia (le site chinois où furent découverte les plus anciennes nouilles) est un emplacement très intéressant ; d’une certaine manière, c’est le Pompéi de la Chine. Notre découverte indique que les nouilles ont été produites la première fois en Chine« .

L’intérêt de cette découverte semble avoir mis fin au débat sur l’origine des nouilles et des pâtes alimentaires. Elles ne sont à l’origine ni italiennes, ni arabes, mais bel et bien chinoises !

Une légende tenace veut que ce soit Marco Polo qui les aurait importés en Italie à son retour de Chine en 1295 !? En réalité il n’en est rien, les historiens l’ont prouvé. Il parait même que ce mythe aurait été inspiré par un publicitaire des années 1920, qui ce serait servi du grand explorateur vénitien pour promouvoir des marchandises !

Caravane sur la Route de la Soie

Caravane sur la Route de la Soie

En Chine, on les appelle Miàntiáo (面条), au Japon Nūdoru (ヌードル), au Vietnam , en Mongolie goimon (гоймон), en Corée nudeul (누들) …

Mais d’où vient le terme nouille ou noodle employé en Occident ? Le terme serait emprunté à l’allemand nudel, lui-même d’origine incertaine (peut-être du latin nodus). En allemand, il est attesté vers le XVIe siècle, et repris par les Anglais au XVIIIe siècle pour donner noodle. Le terme français s’est écrit noudle ou nudeln au XVIIIe puis nouilles au pluriel dès la fin du XVIIIe.

 

Mais allons à l’essentiel, parlons un peu gastronomie !

Commençons par les inventeurs: les Chinois! La cuisine chinoise utilise une grande variété de nouilles. Mian (面) sont les nouilles de blé alors que fen (粉) sont celles de riz. Contrairement aux pâtes italiennes, les nouilles chinoises sont préparées avec de la farine et non de la semoule. La matière première est bien sûr liée à leur origine géographique : le blé dans les régions céréalières et le riz là où la riziculture domine.

Il existe en Chine des restaurants spécialisés dans les nouilles faites à la main sans aucun outil de découpe, elles sont appelées lā miàn ce qui signifie « nouilles étirées ». À partir de farine de blé, elles sont étirées et repliées environ sept fois jusqu’à obtention d’une unique pâte longue et fine, qui sera ensuite jetée dans un bouillon aromatisé et accompagnées de viande séchée, de cacahuètes et d’épices pour être dégustées dans un bol. L’ethnie chinoise musulmane Hui est la grande spécialiste de cette technique culinaire.

Lā miàn mangé dans le marché de nuit de Hézhèng Lù à Lanzhsou !

Lā miàn mangé dans le marché de nuit de Hézhèng Lù à Lanzhsou !

Les provinces de Shandong ou de Shanxi ont pour tradition les nouilles au couteau appelées Dao Mian qui sont faites à base de farine de riz. On enroule les nouilles sur elle-même puis on fait sauter des copeaux directement dans l’eau bouillante, à l’aide d’un couteau à légumes et une fois cuites, les nouilles sont sautées dans un wok avec la garniture (légumes, viandes…).

 

p1040320

Petit restaurant de nouilles au Japon!

 

Au pays du Soleil levant, les nouilles sont également très cuisinées. On en retrouve une grande variété (men, 麺) qui vont donner diverses préparations (men-rui, 麺類). Il faut dire que la plupart des nouilles japonaises sont d’origine chinoise, importées par un prêtre bouddhiste au XIIIe siècle. Parmi les plus répandues, on peut citer les udon (饂飩) nouilles blanches et épaisses à base de farine de blé tendre (froment) servies, soit froides sur un plat, soit en soupe; les soba (蕎麦) nouilles fines de sarrasin de couleur brune servies comme les udon; les sōmen (素麺) nouilles de blé fines et blanches servies froides sur de la glace en été ; les rāmen (ラーメン) fines nouilles mangées en soupe chaude dans un bouillon à base de poisson ou de viande souvent assaisonnées au miso ou à la sauce soja et accompagnés d’excellents petits ravioli appelés gyoza (ぎ ょ う ざ) et enfin les hiyamugi (冷麦) fabriquées comme les somen et servies froides en été.

dsc_0295

Ramen englouti dans un Yataï de Hakata !

 

En Mongolie, la cuisine est assez simple. La nourriture provient principalement des animaux, que ce soit pour leur viande, leur gras ou les laitages qu’ils produisent. Mais il y a aussi des céréales comme du millet, de l’orge et du blé, donc la possibilité de faire des nouilles ! On peut y manger des raviolis appelés khuushuur (ᠬᠤᠤᠱᠤᠤᠷ/хуушуур) à base de farine de blé, fourré de viande de mouton, de yak ou de bœuf, voire de chèvre et frit dans l’huile ou des buuz (ᠪᠤᠤᠵᠠ/бууз) également fourrés à la viande de mouton ou de bœuf, aux oignons ressemblant au jiaozi chinois. Il y a aussi un plat de nouille nommé tsuivan (ᠴᠤᠶᠢᠪᠢᠩ/Цуйван), avec de la viande, du gras de viande et, chose rare en Mongolie, quelques légumes (carottes, poivrons…).

Tsuivan dévoré dans un guanz à Oulan Bator !

Tsuivan dévoré dans un guanz à Oulan Bator !

 

La cuisine vietnamienne repose sur des mélanges d’herbes et d’épices originales, ainsi que sur des méthodes de cuisson dont le condiment principal est le nuoc-mâm. Elle est diverse et variée en fonction des inspirations des minorités ethniques nombreuses de ce magnifique pays. Eux aussi ont été inspirés par les nouilles ! Dans le Nord on peut savourer des Bún, des nouilles blanches qui accompagnent les boulettes et les grillades de poitrine de porc avec des herbes aromatiques et des légumes marinés et du Mì xào, des nouilles de blé frites avec garnitures variées. Dans le Centre, on trouve une cuisine inspirée par le peuple cham, par exemple du Bún bò Huế, une soupe de nouilles au bœuf, spécialité de la ville de Huế comme son nom l’indique. Et dans le Sud du pays, une cuisine influencée par la cuisine chinoise et thaïlandaise, comme le Bánh cuốn, des raviolis au porc haché et champignons noirs. Et bien sûr, du phở ou soupe tonkinoise, le plat national vietnamien qui peut se consommer à tout moment de la journée avec des nouilles (de riz)!

pho-beef-noodles-2008

Pho avalé dans Cam Chi à Hanoï !

 

La cuisine coréenne est reconnue pour la variété et la qualité de sa cuisine qui se distingue de celles des pays voisins comme le Japon et la Chine et, même si les nouilles y sont moins présentes, on en rencontre aussi ! La cuisine coréenne utilise beaucoup de piment et surtout l’incontournable kimchi (김치), ainsi qu’une grande variété de légumes, fruits de mer, légumes sauvages, etc.  Avec des nouilles, il y a le Japchae (잡채), un plat à base de nouilles de patate douce, mélangées à des poivrons, carottes, graines de sésame, oignons, bœufs, et lentin du chêne, assaisonnées de coriandre, d’huile de sésame et d’une sauce pimentée, le tout peut être servi chaud ou froid ; le Jajangmyeon (자장면)un plat populaire  « nouilles en sauce frite » avec une sauce noire à base de haricots de soja fermentés; le Kalguksu (칼국수), des nouilles fraîches dans un bouillon de viande, servies froides dans un bouillon froid avec de fines tranches de concombre, ou chaudes avec du bouillon de bœuf et des lamelles de courgettes ; le Mandu (만두) très proche des raviolis chinois (jiaozi), ils peuvent avoir des aspects très différents, de contenus divers (viande de bœuf mélangée avec du tofu frais) ou avec différents types de kimchi. Comme en Chine, ces plats sont frits, bouillis ou cuits à la vapeur, selon les goûts.

Jajangmyeon savouré dans un Sikdang à Séoul

Jajangmyeon savouré dans un Sikdang à Séoul !

 

Au Tibet, la cuisine traditionnelle se distingue en raison de son isolement géographique et de l’aridité de ses sols. Peu de plantes poussent à une altitude moyenne de 4 000 m, mais on trouve de l’orge, avec laquelle on fait la tsampa, la farine d’orge grillée, l’aliment de base du Tibet. La tsampa est utilisée pour faire des momos, des raviolis fourrés cuits à la vapeur ou frits, également du Thupka, un mot tibétain qui définit les soupes ou ragoûts combinés avec des nouilles. On trouve aussi du Thupka au Népal

Thukpa dégusté au Tashi de Lhassa

Thukpa dégusté au Tashi de Lhassa !

 

LIndonésie n’est pas en reste pour les nouilles, avec son fameux mie goreng ou bami goreng (en Malaisie mee goreng) ce qui signifie « nouilles frites ». Plat à base de nouilles jaunes frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des bakso (boulettes de viande), du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs.

un mie goreng ingurgité dans un warung de Java

Mie goreng ingurgité dans un warung de Java

 

Pour terminer ce tour d’Asie de la nouille, il faut aussi parler des nouilles instantanées qu’on trouve partout en Asie. Il y a même un musée dédié aux nouilles instantanées à Yokohama au Japon. Il a été créé dans le but de faire connaître « les pensées créatives » qu’avait Ando Momofuku, l’inventeur japonais des nouilles instantanées (« Chicken Râmen »). Il s’agit non seulement d’un musée, mais aussi un espace où les visiteurs peuvent fabriquer leurs nouilles.

 

Planète Découverte vous fait voyager en Asie : en Chine, au Tibet, en Corée, au Japon, en Indonésie, au Vietnam (bientôt en Mongolie !!!) … pour (notamment !!!) déguster des nouilles succulentes et bien d’autres mets et saveurs de l’Asie.

« Pour bien aimer un pays, il faut le manger, le boire et l’entendre chanter ».Michel Déon

Un marché flottant au Vietnam.

Un marché flottant au Vietnam.

 

Bon appétit !  Wèikǒu hǎo 胃口好 !  Yoi shokuyoku 良い食欲Joh-eun sig-yog좋은 식욕 ! 

Napsu apik ! Ngon miệng  ! Sain duraaraa сайн дураараа ! 

Pierre

Planète Découverte vous emmène à la découverte de l’Amdo.

Planète Découverte vous emmène à la découverte de l’Amdo.

Planète Découverte vous emmène à la découverte de l’Amdo.

1506866_646940982015341_86327734_n

Moines de l’école gelugpa au monastère de Labrang

L’ Amdo (Do-May), qui signifie « le Pays des chevaux », est l’une des trois provinces ou régions traditionnelles du Tibet historique. Elle est située au nord-est du Tibet, par-delà le fleuve bleu appelé aussi le Yang Tsé.

1399483799594

Carte du Tibet !

Historiquement le Tibet se divise en trois grandes provinces, le Kham (Do-toe) « le Pays du peuple» au sud-est, lÜ-Tsang « le Pays du dharma » au centre (que le gouvernement chinois appelle la province autonome du Tibet) et l’Amdo. Ces populations vivent souvent isolées les unes des autres et chacune de ces régions parle son propre dialecte issu de la langue tibétaine. Celui de l’Amdo est un des dialectes principaux, toujours parlés, mais n’est pas intelligible pour les gens du Kham ou du Tibet central.

moulins-a-prieres

Moulins à prières au monastère de Kumbum (Taer Si)

Les tibétologues pensent généralement que l’Amdo est la région originaire du peuple Tibétain. On appelle les Tibétains de l’Amdo les Amdowas, ils constituent 25 % de l’ensemble de la population tibétaine. Ils ne sont cependant pas reconnus comme une ethnie à part entière par le gouvernement de Pékin et ne font pas partie des 56 ethnies « chinoises » reconnues par la République populaire de Chine, tous sont intégrés dans les « Tibétains ». Pourtant, ils ont leur culture, leur langue, leurs traditions propres ! Pékin a « partagée » l’Amdo entre les provinces chinoises du Qinghai, du Gansu et du Sichuan.

L’Amdo compte des personnages célèbres et très importants de la culture tibétaine : c’est ici que naquit Tsongkhapa (1357-1419), le réformateur du bouddhisme et fondateur de l’école Gelugpa (bonnets jaunes) qui est la plus récente des quatre grandes écoles du Bouddhisme tibétain. Le chef spirituel des « Bonnets jaunes » est surement le plus célèbre des Tibétains, un dénommé Tenzin Gyatso, plus connu sous le titre de XIVe Dalaï-Lama ; il est né en 1935 dans le village de Taktser situé dans l’Amdo.

p1050097

Monastère de Labrang (Xiahe)

L’Amdo est aussi connue pour ses nombreux et importants monastères bouddhistes tibétains tous rattachés à l’école des Gelugpa. Le monastère de Labrang près de la petite ville de Xiahe ou celui de Kumbum au sud-est de la ville de Xining où séjourna l’exploratrice Alexandra David-Néel font partie des 6 plus grands monastères bouddhistes tibétains.

alexandra-david-neel

Alexandra David Néel et son fils adoptif

C’est dans cette zone géographique que la tradition de la culture tibétaine est encore la plus authentique et la plus « vivante ». Bien que de nombreux nomades ont été relogés et sédentarisés (souvent de force) dans des villes ou villages, il y a encore beaucoup de nomades Golocks  མགོ་ལོག qui vivent sous des tentes traditionnelles de laine de yak.

p1050148

Dans les pleines de l’Amdo !

L’Amdo est en grande partie couverte de vertes prairies, situées entre 3000 et 3500 mètres d’altitude, ce qui convient parfaitement pour le pâturage des yaks, des moutons et des chevaux.

p1050147

Yaks, moutons et chevaux…

 

Elle est parcourue par le fleuve jaune (le « Huang He » en Chinois, Ma chu « le fleuve du paon » en tibétain) ce qui lui permet de posséder beaucoup de vallées agricoles fertiles parfaites pour cultiver de l’orge, du blé et du colza.

On y trouve aussi de hautes montagnes enneigées avec de nombreux pics s’élevant au-dessus de 5000 mètres comme le Mt Nyenbo Yurtse (5300 mètres) ou l’Amnye Machen (6282 mètres), la plus haute montagne de l’Amdo qui est sacrée pour les nomades Gologs. Il y a aussi de grands lacs comme le Lac Qinghai qui est non seulement le plus grand lac sur le plateau tibétain, mais le plus grand lac de toute la Chine.

Planète Découverte, vous emmène à la découverte de cette région surprenante et magnifique à travers ces 2 voyages d’exemptions : Kirghizistan-Chine, sur la route de la soie et Approche Tibétaine.

« Le sentier est unique pour tous, seuls les moyens d’atteindre le but varient avec le voyageur». Proverbe tibétain.

A Labrang !

A Labrang !

 

Pierre

Planète Découverte au pays de la courtoisie

Planète Découverte au pays de la courtoisie

Petit manuel à l’usage des honorables voyageurs au Japon :

La saison des couleurs d’automne arrive au Japon, période exceptionnellement favorable pour s’y rendre (généralement située de la fin du mois d’octobre à la fin novembre). Les érables japonais (momiji) et bien d’autres arbres vont alors laisser leurs feuilles éclater de mille couleurs flamboyantes. N’oubliez cependant pas qu’en plus de découvrir les couleurs, il s’avère important de respecter quelques-unes des nombreuses règles de politesse et de savoir-vivre usités au Pays du soleil levant

Pavillon d'Or en automne !
Pavillon d’Or en automne !

S’il y a un pays sur terre où la politesse est essentielle, c’est bien le Japon. Être poli est une tradition, un art de vivre, une question d’éthique et d’honneur. La politesse structure et régit la société nippone. Le terme japonais «reigi, 礼儀 » résume bien à lui seul cela, car il est employé pour signifier à la fois « politesse, courtoisie et étiquette ».

Souvent inspirées du confucianisme et du shintoïsme (religion japonaise fondée sur le respect des Kamis (des esprits) qui vénère les forces de la nature et suit les principes d’animisme et de chamanisme), ces règles forment un ensemble de codes très stricts que tout japonais se doit d’honorer. Le voyageur éclairé se doit donc d’en connaître et d’en observer au moins quelques unes!

Salutations lors de rites Shintoïstes

Salutations lors de rites Shintoïstes

Pour vous aider, voici une liste bien sûr non exhaustive de quelques règles de politesse et de savoir-vivre qui vous permettront d’aller à la rencontre des Japonais.

D’abord quelques principes généraux qu’on retrouve aussi dans la plupart des pays, mais qui au Japon prennent une importance fondamentale : en public on se doit «d’avoir une attitude modeste, être propre, et ponctuel»! En fait, il faut rechercher une certaine neutralité! Ainsi, quand vous effectuez les politesses d’usage, il faut éviter de se mettre en avant, de donner trop d’importance à ses actions et, en plus, il faut refuser les compliments avec politesse.
Rencontrer:
Plus spécifiquement nippon : Lorsque vous rencontrez quelqu’un surtout éviter tout contact physique, pas de poignée de main, de bises ou d’accolade… Inclinez-vous légèrement! Une légère et sommaire inclinaison de la tête suffit dans un premier temps! Plus tard, vous découvrirez toute une gamme très sophistiquée de niveau et de nombres d’inclinaisons… Si vous voulez approfondir la rencontre, dites : «hajimemashite» (enchanté de vous rencontrer) et à la fin de votre « rencontre » dites : «yoroshiku onegaishimasu» (je m’en remets à vous).

Il est également de bon ton d’échanger sa carte de visite, qu’il faut tendre avec les deux mains.

Inclinaisons japonaises !

Inclinaisons japonaises !

 

Comment faire des excuses :

Pour s’excuser (et on s’excuse beaucoup!), utilisez le mot «sumimasen »(désolé), accompagné d’une brève inclinaison de la tête. Si vous éprouvez un sentiment de culpabilité dites plutôt «gomen nasai» (pardon). Entre amis un simple «gomen» ou «warui» suffit.

Mais ce sont les formules de remerciement qui sont surement les plus employées au Japon. Il y a de nombreuses façons de remercier!

Il y a la formule la plus longue : «Domo arigato gozaimasu», mais dans un premier «Arigato» avec une petite inclinaison de la tête suffit (bien que ce ne soit pas très formel!).

Pour les plus exigeants il y a :

Arigato gozaimasu»: merci beaucoup (pour y mettre de la gratitude).

Domo arigato» : merci bien, exprimé de manière plus « contractée »,

-Il y a même le «Sankyu» inspiré de l’anglaise (thank you!), plutôt utilisé par les jeunes entre eux.

Et bien d’autres subtilités encore qui demandent un long apprentissage!!! Il faut dire que les excuses sont presque des ponctuations.

 

On ne dit pas «Non !»:

Chose étonnante pour un Occidental, le «non» (iie) n’est pratiquement jamais employé, on ne peut rien refuser du moins directement. Les Japonais par exemple vont utiliser l’expression «daijoubu desu» qui signifie que l’on n’a besoin de rien d’autre!

 

Plaisir d’offrir :

Il est d’usage offrir des cadeaux! Mais lorsque vous les donnez, il faut utiliser les deux mains pour tendre le paquet (pour en recevoir également). Lors de cette mini cérémonie d’offrande (car tout est souvent cérémonial même les plus petites choses du quotidien) soyez modeste, dites qu’il s’agit d’une petite chose sans grand intérêt : «Tsumaranai mono desu kedo, douzo»! L’emballage des cadeaux est très important, le contenant est presque aussi important que le contenu. Les Japonais pratiquent l’art d’emballer les paquets, un art issu directement de l’origami! Ainsi, quand vous recevez un cadeau (on donne toujours un cadeau en retour de la même valeur), il ne faut pas déchirer l’emballage, tant que possible! Bien que généralement on ouvre les cadeaux en dehors de la présence de la personne qui vous l’a offert sauf si c’est quelque chose à partager.

Comment se comporter dans le métro !?

Comment se comporter dans le métro !?

Déambulations urbaines :

Lorsque vous vous promenez dans les rues :

La plupart des rues sont non-fumeurs (c’est interdit par la loi et au Japon tout ce qui est interdit est scrupuleusement respecté), mais il y a de nombreux endroits aménagés à cet effet.

Vous serez surpris par la propreté des rues, il ne faut bien sûr rien jeter dans les rues même si trouver une poubelle n’est pas chose facile, c’est une recherche incessante de tout voyageur au Japon!

Quand vous prenez un escalator, serrez-vous du côté gauche pour ainsi laisser passer les gens du côté droit. Partout au Japon sauf à Osaka où il faut serrer du côté droit, il faut dire que la rivalité entre Osaka et Tokyo poussent les gens d’Osaka à faire l’opposé de ce que font les gens de Tokyo!

Très important! Quand vous attendrez le métro, le bus, le train…, il faudra absolument vous mettre en file indienne et on laisse sortir les gens avant de rentrer. Essayez, vous verrez ça marche et ça facilite les choses!!!

Quand vous serez dans le métro, le bus ou le train, c’est formidable comme tout est calme et placide. Pas de sonnerie de téléphone, pas besoin de supporter les conversations de votre voisin : il est d’usage de fermer la sonnerie de son téléphone et de ne pas téléphoner, mais rassurez-vous il est possible de jouer avec son téléphone, d’envoyer des SMS, de se prendre en photo. Il y a aussi des wagons réservés aux femmes (aux heures de pointe uniquement).

Et évitez de regarder les gens droit dans les yeux, pratiquez le coup d’œil furtif.

Comment vous comportez au Japon !?

Comment se comporter dans l’espace public !?

 

Pluie urbaine :

Vous serez amené à renter dans de nombreux magasins, musées… Si par malchance (!?), il pleut, laissez votre parapluie à l’entrée sur les poses parapluies (vous le retrouverez à la sortie, de toute façon on ne vole pas au Japon) ou utiliser les sacs plastiques spéciaux mis à disposition (sorte de préservatifs à parapluie). Il y a même parfois des sèche-parapluies!

 

Chaussures :

Dans beaucoup de temples bien sûr, mais aussi dans certains restaurants, il faut se déchausser, particulièrement dans les restaurants où l’on s’assoie à même le sol. Vous serez évidemment contents d’avoir des chaussures sans lacets au Japon!

 

Invitations :

Il y a peu de chance que vous soyez invité dans les maisons des Japonais, ce n’est pas une coutume nippone (entre amis on va plutôt manger au restaurant). Mais si vous avez cette opportunité, vous devez apporter un cadeau (voir ci-dessus) par exemple de la nourriture, une boisson alcoolisée… Il faudra là aussi vous déchausser dans l’entrée et mettre vos chaussures dans le sens de la sortie, pointe vers la porte. Et dites «ojama shimasu» (je vous dérange un peu). Et en partant, dites «ittekimasu» (je pars et je reviens) et vos hôtes vous répondront en se courbant à maintes reprises «itterashai» (reviens-nous). Dans tous les cas, toujours pas de contact physique !

 

A table ! :

Et c’est surement à table qu’il y a le plus de règles à respecter :

Avant de commencer à manger, il faut dire «itadakimasu» (avec les mains jointes), ce qui ne signifie pas «bon appétit», mais plutôt «merci pour la nourriture que je reçois».

Avant de boire, levez votre verre en disant «kampai» (un petit conseil évitez de dire «chin chin» expression qui désigne le sexe masculin!). Il est mal vu de se servir soi-même en boisson (alcoolisé), si votre verre est vide et que personne ne s’en est aperçu, un conseil, servez un convive qui a son verre vide, inévitablement il fera de même pour vous.

 

Les baguettes!

Manger avec des baguettes!

Manger avec des baguettes!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vaste sujet de coutumes, règles et de superstitions!

-Ne pas planter ses baguettes verticalement dans la nourriture, surtout dans le riz (c’est un rite funéraire).

-Ne pas se passer de nourriture d’une paire de baguettes à une autre (là aussi c’est un rite funéraire).

-Ne pas pointer quelque chose ou quelqu’un avec ses baguettes (synonyme de menace).

-Ne pas pendre des aliments en piquant une baguette dedans.

-Ne pas lécher ses baguettes.

-Ne pas pousser ou rapprocher un plat avec ses baguettes.

-Ne pas chercher quelque chose dans le plat en bougeant les autres aliments.

-Ne pas prendre quelque chose du côté opposé du plat, mais ce qu’il y a devant soi.

-Ne pas poser ses baguettes sur le bord de son assiette ou de son bol, mais sur le repose-baguettes ou sur la table.

-Ne pas croiser ses baguettes ni les serrer dans son poing.

-Ne pas tenir ses baguettes à la main alors que l’on boit.

-Ne pas se servir dans les plats principaux avec ses propres baguettes si d’autres baguettes sont prévues à cet effet…

Il y a d’autres, mais c’est déjà pas mal!

 

Nouilles : Si vous trouvez vos nouilles trop chaudes, vous pouvez les aspirer bruyamment! Cela est considéré comme une forme de politesse, le bruit témoigne des efforts pour ne pas se brûler, alors que la qualité du plat incite à le manger sans attendre. De même, il n’est pas malpoli de porter un plat à sa bouche, pour par exemple boire le bouillon des soupes de nouilles (ramen par exemple).

Et, dans tous les cas, vous terminez un repas en disant «gochisou sama deshita» (c’était bon et copieux)! Ou encore mieux dire «gochisô sama deshita» (c’était un vrai festin) même si vous n’avez pas beaucoup aimé!

 

Au bain :

détente au Onsen!

Détente au Onsen!

Autre lieu où tout voyageur doit se rendre pour vivre « à la japonaise », c’est bien sûr au Onsen ou au Sentou (sources chaudes et bains publics). Là encore il y a des règles importantes à connaître :

Bien sûr, ce sont des lieux où tout vêtement est prohibé! On entre dans l’eau totalement nu, on peut juste se munir d’une petite serviette que l’on peut poser sur sa tête, car il ne faut pas la plonger dans le bain !

Surtout, prenez une douche avant d’entrer dans le bain (onsen ou sentou) et pas de savon ni de shampoing dans le bain.

Si vous avez un tatouage vous pouvez être refoulé surtout s’ils sont très voyants, car cela fait référence aux activités yakuzas.

Ils sont rarement mixtes alors repérez les signes ou les couleurs : en bleu pour les hommes, pour les femmes en rouge .

 

Ne touchez pas aux Geishas !

Ne touchez pas aux Geishas !

Mais aussi en vrac ! :

Éviter le chiffre 4 par exemple quand vous faites un cadeau, car il représente la mort (ce chiffre est l’équivalent du 13 en occident).

Évitez de vous enrhumer (!), car se moucher en public est très grossier, il est préférable de renifler! Un conseil, mouchez-vous en cachette!

Ne sifflez pas le soir, une superstition prétend que cela attire les serpents.

Ne soufflez pas sur un bâton d’encens ou une bougie, mais éventez-les avec la main (exemption les bougies d’anniversaire sur lesquelles on peut souffler!).

Évitez de donner un nombre de billets pair (surtout lors d’un mariage), car ça peut se diviser en deux et c’est synonyme de rupture.

Et pour finir, si vous rencontrez l’empereur n’oubliez pas de lui parler avec «stupeur et tremblement»!!!

 

 

Il existe bien d’autres us, coutumes et superstitions liés à la politesse, mais pour un gaijin, (外人, litt. «Personne de l’extérieur»), pour un «honorable visiteur » c’est tout à convenable. De plus, soyez rassuré, en tant qu’étranger, on vous pardonnera beaucoup d’impers.

Bienvenu au Japon !

Bienvenu au Japon !

Vous voilà donc fin prêt pour aller admirer l’automne japonais, avec Planète Découverte bien entendu!

Pierre

 

A la découverte de l’Ouzbékistan !

A la découverte de l’Ouzbékistan !
Samarkand !

Samarkand !

 

Découvrez un des plus beaux pays d’Asie Centrale, partez à la rencontre de bazars merveilleux, d’antiques citadelles du désert, de mosquées et mausolées aux polychromes éblouissants qui furent traversés par la fascinante Route de la Soie.

L’Ouzbékistan, au cœur de l’Asie Centrale, possède une culture captivante vieille de plus de deux millénaires.

Ce pays est doté d’un exceptionnel patrimoine artistique et architectural, avec des villes mythiques aux noms évocateurs comme Samarkand, Boukhara ou Khiva qui gardent le souvenir du passage de grands conquérants de l’Asie Centrale : Alexandre le Grand, Gengis Khan, Tamerlan…

Boukhara !

Boukhara !

 

Certains, comme Genghis Khan au XIIIe siècle, détruisirent tout, d’autres comme Tamerlan (Amir Temur) plus d’un siècle après en firent une Perle de l’Orient. Alexandre le Grand avant eux y apporta la culture grecque (IVe siècle av. J.-C.) alors qu’il menait campagne contre le roi des Perses Darius III. L’actuel Ouzbékistan se nomma Sogdiane, Bactriane, Transoxiane en fonction des peuples qui le conquirent. À la fin du XIXe siècle, le pays fut le théâtre du « Grand Jeu », la rivalité coloniale entre la Russie et le Royaume-Uni. Plus tard, aventuriers, explorateurs, brigands et archéologues se ruèrent en Asie centrale à la recherche de cités légendaires, de trésors fabuleux et de sites oubliés sous les sables des déserts. Marco Polo, le plus célèbre de tous, passa plus au Sud vers l’Afghanistan, mais écrit tout de même au sujet de Samarkand : «Samarkand est une très noble et grandissime cité, où se trouvent de très beaux jardins et tous les fruits qu’homme puisse souhaiter». Marco Polo (1255- 1324), Le livre des merveilles (Tome I).

Caravane sur la Route de la Soie.

Caravane sur la Route de la Soie.

 

Ce pays, berceau d’une culture antique, est avant tout un carrefour :

-Carrefour culturel majeur au croisement des grandes voies de communication et de commerce où transitaient richesses, marchandises, hommes et bêtes de somme sur la mythique Route de la Soie de Xi’an (Chine) à Istanbul.

-Carrefour des modes de vie, entre les tribus nomades et quelques-unes des plus anciennes cités sédentaires du monde.

-Également carrefour des religions, à la croisée du Bouddhisme, du Christianisme et de l’Islam…

Itchan Kala à Khiva!

Itchan Kala à Khiva!

 

La richesse de ce pays c’est aussi sa diversité de peuples. En Ouzbékistan, en plus des d’Ouzbeks actuels, cohabitent différentes populations, on trouve des Russes, des Tadjiks, des Kazakhs, des Tatars…

Jeunes filles Ouzbek

Jeunes filles Ouzbeks

Les Ouzbeks tireraient leur nom d’Özbeg, un Khan mongol de la Horde d’Or qui vivait au XIVe siècle en Perse. Peuples d’Asie centrale, parlant une langue turque, ils vivent majoritairement en Ouzbékistan où ils représentent 75 % de la population, mais aussi en Afghanistan, au Kirghizistan, au Tadjikistan, au Turkménistan, au Kazakhstan, en Russie et dans la province chinoise du Xinjiang. Ce « melting pot » ethnique, qui se retrouve dans tous les pays d’Asie centrale, est le résultat à la fois de l’histoire mouvementée de la région et du tracé frontalier décidé par Staline dans les années 1920 et 1930 qui ne respectaient aucune réalité linguistique ou géographique.

Ouzbeks.

Ouzbeks.

Cette richesse culturelle s’explique en partie aussi par sa situation géographique. L’Ouzbékistan est situé entre l’immensité des steppes kazakhes, les déserts du Kyzyl Kum (« sable rouge ») qui couvrent les deux tiers du pays et se prolongent au sud avec le Kara Kum (« sable noir »), les montagnes du Pamir et du Tian Shan (monts Célestes), les fleuves Syr Daria au nord qui coulent depuis la vallée de Ferghana jusqu’à la mer d’Aral et l’Amou Daria au sud.

Déserts du Kyzyl Kum.

Déserts du Kyzyl Kum.

 

L’Ouzbékistan est toujours cet endroit fabuleux où partir sur les traces des grands voyageurs afin de découvrir ses monuments mythiques recouverts de faïences polychromes et ses paysages grandioses.

Minarets de Samarkand !

Minarets de Samarkand !

Un voyage indispensable et une expérience inoubliable pour tous voyageurs en quête d’étonnement!

Oq yo’l (Bon voyage) !

Pierre