Monthly Archives: mai 2018

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Pirogues à balancier Vezo

Pirogues à balancier Vezo

À Madagascar,  on dénombre officiellement « 18 ethnies » ou groupes culturels, auxquelles viennent s’ajouter ce que les ethnologues appellent des « sous-ethnies », dont le nombre exact n’est pas connu !

Baobabs de Morondava

Baobabs de Morondava

Les Vezo (prononcez «Vez»)  sont une de ces 18 ethnies. Ils sont un des derniers peuples de «nomades de la mer» sur notre planète. Ils vivent sur la côte sud-ouest de la «grande île», de part et d’autre du Tropique du Capricorne, entre les villes de Tuléar et de Morombe, le long des magnifiques lagons du canal du Mozambique.

Pêcheurs Vezo rentrant de la pêche !

Pêcheurs Vezo rentrant de la pêche !

«Nomadiser c’est un art, on découvre la beauté du monde». Parole d’un pêcheur Vezo.

 

Enfants Vezo sous le clair de lune !

Enfants Vezo sous le clair de lune !

D’après les dernières découvertes scientifiques, leurs ancêtres seraient venus sur de grandes pirogues par-delà les océans, en provenance de l’archipel indonésien au début de notre ère. Mais selon la légende, les Vezo seraient les descendants de l’union d’un  pêcheur et d’une sirène.

De nos jours, les Vezo continuent à vivre selon les traditions et les rituels hérités de temps immémoriaux. La famille est très importante et le rôle des anciens est respecté. Le plus ancien de la communauté est appelé le Hazomanga. Intermédiaire entre les membres de la famille et les ancêtres, il possède,  grâce aux rêves, le pouvoir de communiquer avec les morts. En respectant les conseils des ancêtres, il supervise les cérémonies dont le « tromba » qui, par une possession d’une puissance extérieure, donne lieu à des rituels de transe souvent spectaculaires.

Plage et village Vezo

Plage et village Vezo

Leur vie tourne autour de la mer et de la pêche, ils ont depuis toujours le même type d’embarcations, des pirogues à balancier (lakana piarana), simplement équipées d’une voile carrée tendue entre deux mâts. Les pirogues mesurent entre 2 à 8 mètres de long, leurs coques sont peintes de couleurs vives et elles sont creusées dans du farafatse, un bois très léger semblable au balsa.  Ils peuvent ainsi embarquer pour des voyages de plusieurs jours, en faisant escale le soir sur des plages sauvages, dans des lagons loin de tout ou ils bivouaquent entre les dunes, utilisant la voile carrée de leur pirogue comme toile de tente.

Pirogues Vezo

Pirogues Vezo

Les hommes vont pêcher au large, parfois au-delà de la barrière de corail, de gros poissons ou des tortues de mer, pendant ce temps les femmes restées au village attendent la marée basse pour s’aventurer à pied sur le récif où elles collectent des crustacés, des oursins, etc. Les produits de la pêche sont séchés ou salés au village avant d’être consommés, vendus ou échangés contre diverses denrées sur les marchés locaux.

Départ pour le marché

Départ pour le marché

Pour un Vezo, la mer est toute sa vie, il la respecte et la craint tout en la connaissant parfaitement. Leurs techniques de pêche ont très peu changé depuis des siècles, le filet, l’hameçon, mais aussi la plongée en apnée pour débusquer au harpon les poissons cachés dans les crevasses. Leur pêche, dont la quantité ne doit jamais excéder les besoins, dépend des bonnes grâces des forces surnaturelles, qu’il s’agisse de génies ou d’ancêtres. Pour eux, de nombreux esprits, dont ceux des noyées, errent dans la mer et il ne faut pas pêcher plus que ses besoins sous peine d’offenser les dieux marins qui pourraient se venger en les privant de poissons ou en provoquant un naufrage.

«Quand la pêche est mauvaise. Personne ne proteste. Ce serait insulter la mer, la nature et les esprits des ancêtres». Parole d’un pêcheur Vezo.

Repos sur une plage

Repos sur une plage

Depuis quelques années, la vie des Vezo change, l’équilibre entre eux et la nature a tendance à se rompre. La demande de poisson s’est considérablement accentuée et les déséquilibres écologiques liés à la surexploitation de certaines espèces se font sentir, la pollution et la destruction des coraux se sont également amplifiées. Cela entraine chez certains d’entre eux une tendance à se sédentariser, ou à partir vers d’autres villages ou villes. Une régulation doit être mise en place, sinon l’avenir des ressources côtières, la santé des lagons de Madagascar et les Vezo en particulier seront considérablement fragilisés.

Pirogue le long d'un lagon !

Pirogue le long d’un lagon !

 

Planète Découverte vous propose deux circuits à Madagascar et un troisième combinant l’île de la Réunion et l’ « île Rouge », où vous pourrez aller à la rencontre des pêcheurs Vezo et d’autres peuples, dans les paysages grandioses et extrêmement divers de la « Grande île ». Et toujours de manière authentique et en petit groupe (12 personnes maximum).

 

Soava dia! (Bon voyage !)

 

Pierre