Category Archives: Afrique

Planète Découverte vous emmène à la rencontre des peuples d’Éthiopie

Planète Découverte vous emmène à la rencontre des peuples d’Éthiopie

Planète Découverte vous emmène à la rencontre des peuples d’Éthiopie   ኢትዮጵያ

Peuples d'Ethiopie !

Peuples d’Ethiopie !

Quiconque connait un peu l’Éthiopie reconnait que ce pays possède des paysages grandioses (des volcans, des gorges grandioses …) et des sites fabuleux (Lalibela, Aksoum…), à laquelle il ne faut pas oublier d’ajouter la générosité et les richesses culturelles et historiques de ses peuples.

Jeune diacre à Gondar.

Jeune diacre à Gondar.

Le nom d’Éthiopie en amharique (la langue officielle) est YeItyopyaou ou ኢትዮጵያ. Ce nom fut donné par les Grecs anciens à l’ensemble des pays se trouvant au Sud de l’Égypte. Éthiopiens signifiait en grec « hommes brûlés par le soleil » ! Homère parle des Éthiopiens comme étant les habitants les plus éloignés de la Terre « ceux qui résident depuis l’extrême Orient jusqu’aux régions du couchant », il les considérait comme un peuple mythique. Hérodote (qui est considéré comme le « père de l’Histoire ») applique ce nom aux gens du haut Nil, il cite parmi leurs tribus les Macrobiens (qui vivent longtemps), les Ichtyophages (qui se nourrissent que de poissons) et les Ophiophages (mangeurs d’éléphants, d’autruches, de serpents)… La Bible appelle ce pays la « Terre de Chus », elle serait donc peuplée par les descendants de Chus, fils de Cham, lui-même fils de Noé.

Paysage spectaculaire sur le route de Gondar.

Paysage spectaculaire sur le route de Gondar.

Toutes ces croyances et légendes autant que ses peuples démontrent bien la fascination qu’elle a exercée et qu’elle exerce toujours sur l’Occident. On ne saurait que trop vous conseiller d’aller voir sur place !

L’Éthiopie a toujours été, et est encore de nos jours, une fabuleuse mosaïque de peuples sans âge qui perpétuent rites et traditions vieilles comme le monde.

Migration au petit matin vers le marché...

Migration au petit matin vers le marché…

Elle est actuellement composée de 83 groupes ethniques. On y dénombre plus de 70 langues et au moins 200 dialectes, dont certains n’ont pas encore était répertoriés par les linguistes. Les différences physiques originales entre les ethnies principales ont été atténuées au fil des millénaires, mais ils en existent encore beaucoup qui ont des caractéristiques physiques distinctes et uniques. Ces différents peuples possèdent un grand nombre de coutumes ancestrales, de cérémonies et de célébrations religieuses hallucinantes avec des chants et des danses envoûtantes…

Les deux peuples démographiquement majoritaires sont :

Ferme des plateaux d’Abyssine.

Ferme des plateaux d’Abyssine.

D’une part, les Oromos (32% de la population éthiopienne) qui vivent en majorité sur les hauts plateaux où ils pratiquent l’élevage. Ils vivent encore dans des villages constitués de huttes circulaires faites de boue et de branches.

Et, d’autre part, les Amharas (environ 30% de la population) une ethnie traditionnellement chrétienne qui occupent principalement la région du même nom, située au nord-ouest de l’Éthiopie. Le Christianisme aurait été introduit en Éthiopie dans le royaume d’Aksoum dès le IVe siècle. Isolé du reste du monde entre le VII et le XIXe siècle, elle a développé une spiritualité, une théologie et des usages liturgiques propres, très influencés par l’Ancien Testament (la mythique Reine de Saba appelée Makéda en Ethiopie…).

Prêtre à Lalibela !

Prêtre à Lalibela !

Cohabitent également dans ce pays :

Les Mursis, un peuple semi-nomade du sud du pays, qui vit sur les bords de la fameuse rivière Omo. Les femmes Mursis sont connues pour leurs ornements labiaux et auriculaires en forme de disques plats, qui leur vaut le triste nom de « femme à plateaux « . Les fillettes commencent à porter des disques à partir de l’âge de 10 ans et petit à petit le diamètre des disques s’agrandit et donne d’impressionnantes déformations. Ce peuple de pasteurs compte environ 5000 individus.

Portrait d’une femme Murcie, vallée de l’Omo.

Portrait d’une femme Murcie, vallée de l’Omo.

Les Afars, une population d’éleveurs nomades qui vit aujourd’hui disséminée dans trois états (l’Éthiopie, l’Érythrée et Djibouti).

Les Somalis qui sont majoritairement musulmans et pasteurs, mais aussi d’autres groupes moins nombreux que l’on trouve dans le Sud du pays comme les Tigrés, les Gurages, les Sidamas, les Welaytas, les Konsos (un peuple d’agriculteurs qui a développé un système de culture en terrasses leur permettant de profiter de belles récoltes malgré la pauvreté du sol) …

Village des hauts plateaux.

Village des hauts plateaux.

Le voyageur curieux de rencontres saura apprécier la véritable hospitalité qu’offrent les habitants de ce pays. Ces peuples divers, qui possèdent tous une grande fierté, perçoivent avant tout l’étranger comme un invité et même si certains montreront des réserves dans un premier temps, une fois avertis de vos intentions « pacifiques » et de votre volonté de les connaître respectueusement, vous recevront à bras ouverts. Dans ce pays considéré comme le berceau de l’humanité (avec le Tchad et le Kenya), vous éprouverez un profond sentiment de sérénité. Et c’est ce que nous tenterons de vous faire vivre à travers notre circuit en Éthiopie.

Les chutes du Nil bleu.

Les chutes du Nil bleu.

Planète Découverte vous propose un voyage en Éthiopie pour découvrir ses peuples, ses richesses historiques et architecturales dans des paysages grandioses.  Partez avec nous dans un voyage conçu pour permettre une immersion complète dans les endroits clefs du continent africain !

« Les pieds mènent là où un cœur attend ». Proverbe Éthiopien.

 

Pierre

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Planète Découverte à la rencontre des derniers nomades de la mer, les Vezo de Madagascar.

Pirogues à balancier Vezo

Pirogues à balancier Vezo

À Madagascar,  on dénombre officiellement « 18 ethnies » ou groupes culturels, auxquelles viennent s’ajouter ce que les ethnologues appellent des « sous-ethnies », dont le nombre exact n’est pas connu !

Baobabs de Morondava

Baobabs de Morondava

Les Vezo (prononcez «Vez»)  sont une de ces 18 ethnies. Ils sont un des derniers peuples de «nomades de la mer» sur notre planète. Ils vivent sur la côte sud-ouest de la «grande île», de part et d’autre du Tropique du Capricorne, entre les villes de Tuléar et de Morombe, le long des magnifiques lagons du canal du Mozambique.

Pêcheurs Vezo rentrant de la pêche !

Pêcheurs Vezo rentrant de la pêche !

«Nomadiser c’est un art, on découvre la beauté du monde». Parole d’un pêcheur Vezo.

 

Enfants Vezo sous le clair de lune !

Enfants Vezo sous le clair de lune !

D’après les dernières découvertes scientifiques, leurs ancêtres seraient venus sur de grandes pirogues par-delà les océans, en provenance de l’archipel indonésien au début de notre ère. Mais selon la légende, les Vezo seraient les descendants de l’union d’un  pêcheur et d’une sirène.

De nos jours, les Vezo continuent à vivre selon les traditions et les rituels hérités de temps immémoriaux. La famille est très importante et le rôle des anciens est respecté. Le plus ancien de la communauté est appelé le Hazomanga. Intermédiaire entre les membres de la famille et les ancêtres, il possède,  grâce aux rêves, le pouvoir de communiquer avec les morts. En respectant les conseils des ancêtres, il supervise les cérémonies dont le « tromba » qui, par une possession d’une puissance extérieure, donne lieu à des rituels de transe souvent spectaculaires.

Plage et village Vezo

Plage et village Vezo

Leur vie tourne autour de la mer et de la pêche, ils ont depuis toujours le même type d’embarcations, des pirogues à balancier (lakana piarana), simplement équipées d’une voile carrée tendue entre deux mâts. Les pirogues mesurent entre 2 à 8 mètres de long, leurs coques sont peintes de couleurs vives et elles sont creusées dans du farafatse, un bois très léger semblable au balsa.  Ils peuvent ainsi embarquer pour des voyages de plusieurs jours, en faisant escale le soir sur des plages sauvages, dans des lagons loin de tout ou ils bivouaquent entre les dunes, utilisant la voile carrée de leur pirogue comme toile de tente.

Pirogues Vezo

Pirogues Vezo

Les hommes vont pêcher au large, parfois au-delà de la barrière de corail, de gros poissons ou des tortues de mer, pendant ce temps les femmes restées au village attendent la marée basse pour s’aventurer à pied sur le récif où elles collectent des crustacés, des oursins, etc. Les produits de la pêche sont séchés ou salés au village avant d’être consommés, vendus ou échangés contre diverses denrées sur les marchés locaux.

Départ pour le marché

Départ pour le marché

Pour un Vezo, la mer est toute sa vie, il la respecte et la craint tout en la connaissant parfaitement. Leurs techniques de pêche ont très peu changé depuis des siècles, le filet, l’hameçon, mais aussi la plongée en apnée pour débusquer au harpon les poissons cachés dans les crevasses. Leur pêche, dont la quantité ne doit jamais excéder les besoins, dépend des bonnes grâces des forces surnaturelles, qu’il s’agisse de génies ou d’ancêtres. Pour eux, de nombreux esprits, dont ceux des noyées, errent dans la mer et il ne faut pas pêcher plus que ses besoins sous peine d’offenser les dieux marins qui pourraient se venger en les privant de poissons ou en provoquant un naufrage.

«Quand la pêche est mauvaise. Personne ne proteste. Ce serait insulter la mer, la nature et les esprits des ancêtres». Parole d’un pêcheur Vezo.

Repos sur une plage

Repos sur une plage

Depuis quelques années, la vie des Vezo change, l’équilibre entre eux et la nature a tendance à se rompre. La demande de poisson s’est considérablement accentuée et les déséquilibres écologiques liés à la surexploitation de certaines espèces se font sentir, la pollution et la destruction des coraux se sont également amplifiées. Cela entraine chez certains d’entre eux une tendance à se sédentariser, ou à partir vers d’autres villages ou villes. Une régulation doit être mise en place, sinon l’avenir des ressources côtières, la santé des lagons de Madagascar et les Vezo en particulier seront considérablement fragilisés.

Pirogue le long d'un lagon !

Pirogue le long d’un lagon !

 

Planète Découverte vous propose deux circuits à Madagascar et un troisième combinant l’île de la Réunion et l’ « île Rouge », où vous pourrez aller à la rencontre des pêcheurs Vezo et d’autres peuples, dans les paysages grandioses et extrêmement divers de la « Grande île ». Et toujours de manière authentique et en petit groupe (12 personnes maximum).

 

Soava dia! (Bon voyage !)

 

Pierre

A Madagascar avec les peuples cachés!

A Madagascar avec les peuples cachés!
allee-des-baobabs-morondava-2

Allée des baobabs

À Madagascar, il existe encore des peuples « cachés » qui vivent souvent volontairement en retrait du monde « moderne », comme les étonnants Mikea (gens de la forêt), que l’on trouve (si on arrive à les voir!) dans les forêts épineuses du Sud-ouest malgache. On y dénombre officiellement 18 « ethnies », auxquelles viennent s’ajouter ce que les ethnologues appellent des « sous ethnies », dont le nombre n’est d’ailleurs pas exactement connu.

mikea-people-madagascar

Mikea

Ce peuple légendaire occupe une zone située au Nord de Toliara (Tuléar), entre les villes de Manombo au sud et de Morombe au nord, au cœur d’une immense forêt d’une superficie de plus de 3000 km2. Isolés du monde, ils y ont développé leur propre culture dans des conditions naturelles difficiles et souvent extrêmes.  À Madagascar, ils sont souvent appelés «individus mystérieux », cette qualification étant liée à leur existence quasi-inconnue de la population locale.

mdg-104

Forêt épineuse

Mikea signifie littéralement en malgache « qui ne veut pas être poursuivi » et désigne un groupe de personnes de langue malgache et de coutumes Masikoro (un groupe issu du sud de Madagascar). Depuis le début des années 60, l’histoire de ce peuple nomade des forêts, que beaucoup croyait disparu ou imaginaire, a suscité la curiosité et l’intérêt de nombreux chercheurs et scientifiques. Ils existent pourtant bel et bien, mais leur volonté de rester caché et de vivre retiré du reste du monde les a rendus énigmatiques et plusieurs légendes tournent autour de ce peuple qui serait capable de vivre des semaines voire des mois sans boire!?

les-malgaches-2

Peuple de Madagascar

Toujours est-il que la question de la survie à travers le temps de ce peuple dans un milieu aussi hostile que les forêts épineuses du sud-ouest malgache relève toujours du mystère. Ce sont des chasseurs cueilleurs et leur existence est liée à la forêt et à l’utilisation de ses ressources. Armés de haches, de sagaies à large talon, d’une palette en bois, d’un filet, d’un panier, de calebasses et d’un récipient, ils partent dans la forêt pour se procurer quotidiennement de la nourriture, ils chassent des hérissons et des porcs-épics, recueillent du miel, qu’ils troquent parfois contre du tabac et autres produits. Ils se déplacent ainsi presque chaque jour, sur plus d’une dizaine de kilomètres.

Surnommés également « les hommes nus » car ils s’habillent surtout de pagnes, ils posséderaient des pouvoirs magiques, mais surtout une connaissance étonnante de la forêt. Il parait qu’ils détiendraient le secret de plantes à vertu médicinale. Ils sont animistes et croient en un Dieu créateur « Zanahary ». Dans leur forêt, on trouve des oiseaux, mais aussi des animaux peu visibles comme des Fosa (sorte de gros chats sauvages), des lémuriens (sifaka…) et des hérissons.

Lémurien sifaka

Lémurien sifaka

Malgré leur volonté d’indépendance et leur indifférence au confort des villages, les Mikea quittent peu à peu leur forêt et, de nomades, deviennent lentement sédentaires. Leur environnement et leur monde se détériorent : «  Sans la forêt, ils ne peuvent pas survivre et si par malheur, cette étendue forestière venait à disparaître, les Mikea seraient un peuple condamné à l’extinction » selon Theo Rakotovao, porte-parole de ce peuple en danger.

 

mada-ambalavao-2

Marché aux zébus

Partez avec nous à Madagascar vivre des expériences authentiques à la rencontre des peuples qui vivent sur la grande île Rouge.

 

Pierre

Circuit au Maroc : découverte de la cuisine traditionnelle

Circuit au Maroc : découverte de la cuisine traditionnelle

Découverte de la cuisine traditionnelle  dans la ville impériales de Fès lors d’un circuit au Maroc.

Lors d’un circuit Planète Découverte au Maroc  que j’ai eu la joie d’accompagner, je fus amené à goûter un plat délicieux ?

Si l’évocation de senteurs et d’odeurs nous rappelle des moments ou des lieux, le goût peut tout autant peut nous remémorer d’excellents instants de plaisir.

Circuit au Maroc : découverte de la cuisine traditionnelle

Petits restaurants sur la place Djema El Fnaa. Photo de Daniel lors d’un circuit au Maroc.

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr on va dans ce pays haut en couleur, pour admirer ses paysages d’une grande diversité, des sables du Sahara aux monts enneigés de l’Atlas; pour flâner et s’émerveiller dans ses splendides villes impériales avec ses palais grandioses et ses décors dignes des mille et une nuits; pour ressentir l’ambiance des médinas et les senteurs d’épices des souks; pour découvrir le charme des villages berbères de montagne ou encore aller à la rencontre de ses  habitants à l’hospitalité légendaire.

Circuit au Maroc : découverte de la cuisine traditionnelle

Village Berbère, gorge du Dadès. Photo de Pierre lors d’un circuit au Maroc.

La cuisine reste également une des attractions principales du Maroc. Il y a bien sûr les succulents couscous, les savoureux tajines, les délicieuses pâtisseries, mais, pour moi, une rencontre gustative des plus importantes fut la Pastilla au pigeon ! Ce met est incontestablement l’un des summums du raffinement et de la finesse de la cuisine marocaine. C’est un plat de fête, servi en entrée pour les grands dîners ou les cérémonies, souvent accompagné de salades composées. Il existe également d’autres pastillas comme celle aux fruits de mer, ou à la Kefta par exemple; mais la pastilla la plus traditionnelle et probablement la plus ancienne se prépare à base de pigeons (qui peut être remplacé par du poulet).

Circuit au Maroc : découverte de la cuisine traditionnelle

pastilla aux pigeons.

Le groupe et moi avons dégusté une pastilla au pigeon, dans un petit restaurant typique de Fès que je serai heureux de vous faire connaitre lors de votre prochain voyage au Maroc. Comme nous, vous succomberez à la tentation et vous serez envouté à chaque bouchée par ce mélange délicat et doux, légèrement épicé, de cannelle, de fleur d’oranger, de miel et des éclats d’amandes avec de tendres morceaux de pigeons, le tout enrobé dans des feuilles de bricks fines et légères qui prennent une jolie couleur dorée après la cuisson !

 

 

Alors qu’attendez-vous pour nous suivre au Maroc?

 

Pierre

Rivière Tsiribihina en pirogue à Madagascar

Rivière Tsiribihina en pirogue à Madagascar

Depuis notre atterrissage à Antananarivo, l’ancienne Tananarive que tout le monde ici appelle Tana, nous avons parcouru les hauts plateaux en suivant la Nationale 7, traversé Antsirabe qu’on appelle la «Vichy malgache», pour arriver à Miandrivazo, prononcer Miandrivaze, une bourgade tropicale du bout du monde dont le nom signifie : «J’attends une femme»!  Nous sommes en pays Sakalava, « Les gens de la longue plaine », le royaume sakalava s’étend sur tout le long de la côte occidentale du pays.

Rivière tsiribine sur notre circuit à Madagascar

Pirogues au matin sur la rivière Tsiribihina

Miandrivazo c’est aussi pour nous le point de départ de notre aventure : la descente en pirogue de la rivière Tsiribihina! Nous passons la nuit dans une auberge nommée «le gite de la Tsiribihina» tenue par un médecin français qui part régulièrement en brousse soigner les populations locales.

circuit à Madagascar Planete-découverte

Derniers préparartifs

Après une soirée dans un bar local extrêmement typique qui sert du rhum qui doit faire plus de 70°, sur des airs joyeux de musique tsapiky; on doit se réveiller tôt le matin pour commencer notre aventure. Mais, avant le départ, il faut avec le chef des piroguiers aller s’enregistrer à la mairie, à la police et dans d’autres endroits plus étranges! Ces procédures administratives peuvent prendre un certain temps! Il faut ici remplir des formulaires avec beaucoup de cachets, y mettre énormément de tampons et y imposer des signatures de plusieurs personnes qu’il faut trouver à travers le village. Après une heure ou deux de jeux de piste et de remplissage de paperasse un peu surréaliste, on embarque sur les pirogues, 3 ou 4 personnes par pirogue en comptant le piroguier.

Notre «flotte» se compose de 5 pirogues où sont repartis, nous ,les piroguiers «explorateurs» d’occasion et les piroguiers de profession, les sacs de voyage et les tentes; plus la pirogue de la cuisinière où est embarqué son stock complet de nourriture pour trois jours, avec des poules et des canards. Il faut dire que notre descente de la rivière va durer 3 jours et 3 nuits et que pendant toute la descente il n’y a ni restaurants, ni épicerie, ni téléphone pour se faire livrer, juste quelques rares petits villages où les gens vous regardent passer l’air parfois surpris, souvent amusé!

circuit à Madagascar Planete-découverte

Piroguier impassible

Embarquement!

Les journées sur la rivière Tsiribihina se passent ainsi : réveil vers 6h30, petit déjeuner (café ou thé, toasts, fruits, biscuits …) au bord de l’eau, démontage des tentes et embarquement sur nos pirogues respectives, on rame, on rame et on rame, puis on arrête de ramer laissant aux piroguiers professionnels le soin de remplir cette tâche (il faut dire que l’on fait tous l’expérience que la différence entre le moment où l’on rame et le moment où seulement le piroguier rame ça ne change pas grand-chose, la pirogue va aussi vite, ce qui est dur pour le moral!

Vers 12h30 arrêt pique-nique sur les bords de la rivière, re-pirogue, observations, lectures, siestes, on rame aussi pour faire du sport et bonne figure, éventuelles batailles navales entre les différentes embarcations en évitant d’arroser la pirogue-amiral (s’il vous plait), sous l’œil un peu désabusé des piroguiers malgaches qui en ont vu d’autre! 17 h, on débarque sur une des plages du fleuve, montage des tentes, baignades dans le fleuve, balades et farniente en attendant l’apéro (à base de rhum arrangé ou pas, qui ne manque jamais sur les pirogues!). On admire les couchers de soleil et c’est l’heure du diner (toujours succulent) préparé par notre cuisinière.  Veillée autour d’un feu en musique (les piroguiers sont aussi musiciens) sous le grandiose ciel étoilé, nuit sous les tentes.  Le lendemain on remonte sur les pirogues. A ce moment, je ne peux m’empêcher de jeter un coup d’œil aux canards qui ont l’air de s’inquiéter de la disparition de leurs consœurs gallinacées !

Cuisinière au repos

Cela peut sembler un peu monotone, mais les paysages pendant ces 3 jours sont très changeants et superbes, d’abord des plaines dominées par la chaine montagneuse du Bongolava, puis des forêts primaires tropophiles («l’un des quatorze grands biomes terrestres, on y retrouve les forêts tropicales et subtropicales sèches où la végétation de type caduc est omniprésente lors de la saison sèche…»!!! selon le dictionnaire, mais selon moi c’est une sorte de forêt tropicale qui n’a pas subi les transformations humaines), ensuite des falaises abruptes et des gorges encaissées, qui se succèdent sous nos yeux de rameurs amateurs ébahis. On observe également de nombreux oiseaux aquatiques ou non (martin pécheurs, coucal, coucou malgache, aigrettes, milan noir, aigle, héron, canard à bosse …), des chauves-souris suspendues la tête en bas dans les arbres, des caméléons que l’on aperçoit sur les roseaux malgré leur camouflage naturel, des lémuriens qui sautent d’arbre en arbre de différentes espèces (propithèque de verreaux, lémur fulvus..) et, vers la fin du parcours, il peut y avoir (personnellement je n’en ai jamais vu ici) des crocodiles!

Rencontre sur les bords de le rivière

Et comme surprise, le deuxième jour au cours d’un arrêt : on effectue une balade dans la forêt «tropophile»  qui aboutit après ¾ d’heure de marche à une cascade de type paradisiaque, avec un petit lac où l’on peut nager après avoir pris une douche naturelle sous la cascade ! C’est là aussi que l’on refait les réserves d’eau potable.

Baignade sous la cascade lors de la descente de la Tsirib

Baignade sous la cascade lors de la descente de la Tsiribine

Cette descente de la rivière Tsiribihina qui s’étale sur 150km (50 km par jour de «pagayage» dans le sens du courant, détail important!) est en fait trois jours d’émerveillement loin de tout en totale autonomie, loin de notre société de consommation (juste un téléphone satellite en cas d’urgence).

On finit par arriver (car tout à une fin) à un banc de sable blanc et au débarcadère de Tsaraoutane. Ce petit village de l’ethnie Vezo (dont le nom qui signifie ramer!) possède une épicerie de type brousse, nous semble être une grande surface et le retour au monde du consumérisme!

Le lendemain matin nous quittons les piroguiers que nous saluons avec émotion. Le travail pour eux n’est pas fini, car ils doivent remonter la rivière contre le courant cette fois-ci, mais sans passagers jusqu’au point de départ, Miandrivazo. Outre leur paye, bien sûr, il est coutume de leur offrir deux bouteilles de rhum à chacun, pour sceller l’amitié.

Après les pirogues, nous faisons une balade en charrette à zébus, pour rejoindre le village d’Antsiraraka, l’endroit où il est convenu d’un rendez-vous avec des 4X4. J’ai toujours une certaine inquiétude à ce moment-là, car s’ils ne venaient pas au rendez-vous fixé quelques jours plus tôt, que ferions-nous, ici au milieu de nulle part (enfin pour nous)! C’est très beau, cet endroit parsemé de grands baobabs majestueux, mais bon! Mais ils arrivent et l’on embarque cette fois-ci dans ces véhicules motrices des 4 roues pour la suite de notre aventure malgache…

PB

 

 

 

Au Sénégal, l’aventure est dans le bus

Au Sénégal, l’aventure est dans le bus
Au Sénégal, l’aventure est dans le bus

En route pour le Sénégal. Embarquement immédiat. Attention au départ… Au Sénégal, dans les transports en commun, le départ est toujours imminent, même lorsque vous devrez patienter plusieurs heures. Sachez que, quoiqu’il arrive, le véhicule ne partira qu’une fois bondé. En effet, le prix du billet étant dérisoire, la rentabilité impose que le bus déborde. Aussi, quand un bus est vide, il n’est pas rare que le chauffeur donne la pièce à une trentaine de jeunes. Ceux-ci descendront au fur et à mesure que les vrais clients monteront, attirés par la foule synonyme d’un prompt départ.

Le chauffeur ne serait rien sans son rabatteur, chargé de vanter les mérites de son bus et expliquer pourquoi il faut monter dans ce bus et pas dans celui du voisin. Les arguments valent généralement le détour mais le plus courant est d’inciter le futur voyageur à se dépêcher en lui affirmant que le bus est sur le point de partir.

Après le départ (car les bus finissent toujours par partir, archipleins), la comédie continue. Le rabatteur est également le receveur et son objectif est de s’en mettre plein les poches sans en rendre compte au chauffeur avec qui il est supposé partager la recette. C’est pourquoi vous verrez souvent ce dernier déposer sur son tableau de bord un petit bout d’allumette à chaque fois qu’un client monte. Mais gare aux nombreuses ornières qui jetteront à terre sa comptabilité.

La chèvre, l’âne et le chien

Les histoires et légendes ne manquent pas autour des transports en commun sénégalais. En voici une petite qui agrémentera votre voyage :

Un jour, un car rapide s’arrête pour faire descendre trois de ses passagers, une chèvre, un âne et un chien. L’âne paye son trajet, le chien aussi, pendant que la chèvre part sans payer. Alors depuis, quand on croise ces animaux et qu’ils encombrent la route, l’âne ne se pousse pas devant le taxi-brousse parce qu’il a payé, la chèvre fuit parce qu’elle a volé, et le chien aboie parce qu’il n’a pas eu sa monnaie.

 

Pour découvrir le Sénégal et l’Afrique autrement, avec  Planète Découverte