La pêche aux cormorans, circuit minorités chinoise en chine du sud.

La pêche aux cormorans, circuit minorités chinoise en chine du sud.
La pêche aux cormorans, circuit minorités chinoise en chine du sud.

Notre guide-accompagnateur vous relate la pêche aux cormorans lors d’un circuit minorités chinoise en chine du sud.

Dans le sud-est de la Chine, lors de notre circuit « minorités chinoise » en Chine du sud, dans la province du Guangxi, les pêcheurs locaux pratiquent depuis 1300 ans la traditionnelle pêche aux cormorans sur la rivière Li.

Nous avons pris le train de nuit depuis Canton jusqu’à Guilin ou un minibus nous attend pour nous transporter vers Xinping près de Yangshuo. Cette courte traversée nous amène au cœur du site naturel des bords de la rivière Li,  célèbre pour la beauté exceptionnelle de ces paysages insolites de rizières ceinturées de pics karstiques et de falaises de calcaire couvertes de végétation luxuriante.

Depuis le petit port de Xinping, à la tombée de la nuit, on embarque sur un long radeau de bambous à fond plat équipé d’une grosse lanterne. Le «capitaine», un pêcheur habillé en costume de l’époque du Grand Timonier (Mao) avec sur la tête un grand chapeau conique et «armé» d’une grande perche en bois, part sur la rivière Li entouré de ses cormorans à l’allure désinvolte, disposés de part et d’autre de leur maître. Au bout de 30 minutes de navigation sur la rivière, la pêche commence ! Éclairée par le petit projecteur les cormorans «décollent», planent quelques mètres à la surface de l’eau sombre et très vite plongent à la recherche de poissons qu’ils «gobent» (ces palmipèdes sont capables de rester 2 minutes sous l’eau et de plonger à plusieurs mètres  de fond), puis ils réapparaissent et retournent sur le radeau avec leur proie. Là, le pêcheur se saisit de l’oiseau et va chercher le poisson jusque dans sa gorge, lui retirant ainsi le poisson du bec ! En fait, les oiseaux ont un anneau de fibres végétales autour du cou qui les empêche d’avaler les poissons qu’ils viennent de capturer.

Bien sûr, passé l’étonnement on reste avec une impression d’exploitation, voire même de cruauté envers les pauvres cormorans ! Quelqu’un du groupe me dit : «Ils font tout le travail, plongent attachés par une corde, et pêchent sans pouvoir se nourrir. Tout ça doit créer une sorte d’agacement voir de frustration chez l’animal !?».

En fait, il faut savoir qu’il se noue une vraie complicité entre l’oiseau et son maître, une relation qui dure souvent une quinzaine d’années et que  les pêcheurs prennent grand soin de leurs cormorans de leur naissance à leur mort. D’ailleurs les couples nidifient et voient le jour sur le sampan de leur maître (le sampan est un bateau chinois à fond plat, à voile unique, servant aussi d’habitation). Ensuite, ils sont  élevés avec les enfants du pêcheur, ils jouent ensemble et mangent en même temps qu’eux …

circuit minorités chinoise en chine du sud

Pêcheur avec ses cormorans

circuit minorités chinoise en chine du sud

Pêcheur au repos sur le rivière Li

 

Les pêcheurs sont à leurs écoutes, ils leur parlent, les caressent et les nourrissent (1 kg de poisson par jour prélevé sur leur propre pêche). La relation est telle entre le maître et l’oiseau, qu’à sa mort, l’oiseau n’est pas mangé, mais enterré, comme un vieux compagnon de labeur.  Selon la coutume, lorsqu’un cormoran est trop vieux pour pêcher,  son maître lui assure une mort douce en lui servant un festin de poisson avant de le gaver d’alcool de riz, ivre mort l’oiseau meurt sans souffrir. Entre l’homme et l’oiseau s’établit une relation de dépendance et également de confiance, ils sont la fierté et la richesse des pêcheurs.

circuit minorités chinoise en chine du sud

Pêche aux cormarans se passe la nuit

Un  cormoran, dressé se négocie entre 1500 et 2000 yuans (15 à 20 euros), un investissement qui peut être amorti sur quelques mois, car cet oiseau est un chasseur redoutable, il pêche en moyenne de 100 à 600 kg de poissons par an.

Bien  sûr des techniques plus modernes et plus efficaces remplacent de plus en plus cette  pêche traditionnelle et millénaire, et elle devient souvent organisée et  touristique, mais elle perdure malgré tout encore de nos jours sur les bords de la  majestueuse rivière Li.

 

Pierre B

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.