Fiche pays

Madagascar


  • Capitale : Antananarivo
  • Population : + de 20 millions d’habitants
  • Monnaie : Ariary
  • Superficie : 587 000 km2 (France + Bénélux)
  • Régime : Démocratie à caractère présidentiel
  • Langue : Malgache + français et anglais
  • Religion : Chrétiennes / culte des ancêtres +
  • Sommet : Maromokotro (2876m)

Madagascar est séparée de l’Afrique par le canal du Mozambique (400 km), au niveau du tropique du Capricorne. Elle est un peu comme la Corse, plus allongée (1500km en latitude) que large (500 km). S’y rendre depuis la France représente un voyage de plus de 9000 km.
Pour observer un des plus beaux contrastes de la terre, il suffit de traverser l’île d’Est en Ouest :
On part de l’Est sur une étroite frange côtière de 50km de large, battue par les vents et les vagues, très arrosée et forestée, pour monter à l’assaut des hautes terres centrales, par un talus abrupt (1200m de dénivelé). Puis on redescend en pente plus douce vers l’Ouest par des plateaux marqués par la puissance de l’érosion, et, en suivant de longs fleuves, dans un climat de plus en plus sec, on atteint les calmes lagons du Sud-ouest.
Le triangle nord reste une région à part, plus complexe. C’est la partie la plus montagneuse de l’île.

Le peuplement de Madagascar s’est fait par la mer, vraisemblablement à partir du Ve siècle, depuis l’Indonésie (directement à travers l’océan indien, en suivant les courants, ou en cabotage plus ou moins long le long des côtes), et depuis l’Afrique, via les Comores. On ignore dans quelle mesure ces deux sources migratoires se sont métissées, (parfois avant même d’aborder les côtes de Madagascar, parce que des migrants indonésiens avaient fait souche en Afrique), mais il est trop simpliste d’opposer les habitants des hautes-terres, plus asiatiques, aux côtiers, plus africains. La réalité est plus symbiotique, à l’image de la langue, qui est commune à tout le peuple malgache.
Après des migrations internes à l’île, les populations se fixent et des empires se créent à partir du XVe siècle. Arabes, Indiens et bientôt Européens s’y disputent le commerce, sur la route des Indes. Un des trois empires principaux va réussir à imposer sa domination sur toute l’île, l’empire Merina, qui réalise presque l’unité nationale au milieu du XIXe siècle, mais c’est en pleine période de convoitise coloniale européenne. La France décide la conquête de Madagascar, réalisée de 1885 à 1896.

Trop lointaine, Madagascar n’est pas le fleuron de l’empire colonial français. Les investissements d’équipement et de développement sont trop faibles et l’île fournit surtout des matières premières, non-transformées sur place. Par contre, l’œuvre administrative est la même que dans tout l’empire et marquera à jamais la vie malgache, par ses bons (l’hygiène et la scolarisation) et ses mauvais côtés (hyper-centralisation et pesanteur de l’appareil d’état).
L’après-guerre malgache suit le même chemin que les autres colonies, périodes insurrectionnelles (1947), tentatives de réformes, et accession à l’indépendance de 1957 à 1960, puis séparation définitive d’avec la puissance coloniale pour se tourner vers le reste du monde et le bloc socialiste (1972).

Les choix économiques des années 70 et 80 et les crises pétrolières entrainent 25 années de récession. Les campagnes, délaissées par le pouvoir, voient le début de la grande déforestation.
Après une crise politique en 1991, un premier redressement est amorcé en 1996, grâce à la création de zones franches et à l’ouverture au tourisme, mais cet élan est brisé par la crise politique de 2002. Une seconde embellie économique subit la crise de 2009.

Classé 135e, sur 169 pays, par le Programme de développement des Nations-Unies en 2010, Madagascar a régressé et fait maintenant partie des pays à IDH (Indice de développement humain) faible.

Pourtant, les atouts sont importants : richesses minérales (ilménite, graphite, pierres semi-précieuses…) écosystème unique favorable au tourisme, exportations (vanille, girofle, crevettes, thon, litchees, café…), élevage omniprésent, agriculture très diversifiée, grâce à la variété des climats, main d’œuvre abondante et bon marché pour l’industrie textile ou la sous-traitance tertiaire (saisie informatique, call-centers délocalisés…).

Les sports populaires sont le football, le basket, la pétanque (Madagascar plusieurs fois championne du monde) et, localement, le rodéo de zébu.

Nous contacter

Besoin d'aide, d'informations?


paiement sécurisé

Paiement sécurisé

CB, Visa, mastercard, E carte bleu, maestro securité des paiements
Un conseil, une question ?
Contactez-nous par TELEPHONE
01 80 91 99 14

Newsletter
planète découverte

Inscrivez-vous pour suivre notre actualité
partenaires: ANCV, APRIL, Atout France